La Beall’s List des publications prédatrices a disparu !


Quelque chose d’inquiétant vient de se produire dans le monde de la publication scientifique : la “Beall’s List” a été vidée par son auteur, sans explications.

Jeff Beall (@jeffrey_beall) est un “associate professor” et bibliothécaire de l’Université du Colorado connu pour avoir établi et maintenu depuis 2010 une liste de “publications prédatrices, potentielles, possibles ou probables” sur son site Scholarly Open Access

Les “publications prédatrices” [1] sont des journaux qui n’ont de scientifique que l’apparence visuelle, car les articles y sont publiés pratiquement sans conditions, notamment sans évaluation par les pairs . Il suffit à l’auteur de payer. Ceci permet à n’importe quel chercheur plus ou moins autoproclamé de se faire une réputations via une liste de publications, disponibles qui plus est en libre accès puisque évidemment, aucune bibliothèque universitaire ne s’abaisserait à payer un abonnement à un de ces torchons.

Le 12 janvier, la “Beall’s List” contenait encore près de 1300 journaux de centaines d’éditeurs suspects. Je l’ai parfois consultée pour vérifier le sérieux de références avancées dans certaines discussions, sur l’homéopathie notamment.

Et aujourd’hui, plus rien : “this service is no longer available”. C’est tout. Jeff Beal n’a fourni aucune explication. Selon son Université, il a fait ça pour des raisons personnelles [2,3]. Sa page facebook aussi a disparu [4]. Dans le meilleur des cas il a eu marre d’être pratiquement tout seul à affronter les menaces de poursuites de certains des “éditeurs” incriminés. Pourtant il indiquait clairement les critères utilisés et au bas de sa liste on trouvait un lien vers un formulaire permettant aux éditeurs de contester leur inclusion dans la liste.

Dans le pire des cas, certains éditeurs ont réussi à lui faire suffisamment peur pour qu’il bâche tout. Ce serait très grave, et j’espère qu’un bel “effet Streisand” les attende.

D’ici là, je pourrai toujours utiliser les versions archivées sur l'Internet Wayback Machine, qui va peut-être devoir émigrer au Canada [5].

Mais comme des centaines de nouvelles publications prédatrices apparaissent chaque année, ces listes seront rapidement dépassées, et peut-être qu’il faudra se contenter de la liste “positive” qu’est le Directory of Open Access Journals (DOAJ) en partant de l’idée peut être trop réductrice que journal pas répertorié dans DOAJ = journal prédateur …

Références:

  1. Les revues prédatrices“, Université de Rennes 1
  2. Why did Beall’s List of potential predatory publishers go dark?” sur Retraction Watch
  3. Andrew Silver “Controversial website that lists ‘predatory’ publishers shuts down“, 18 January 2017, Nature doi:10.1038/nature.2017.21328
  4. Emil Karlsson “What Happened to Jeffrey Beall’s List of (Allegedly) Predatory Publishers?“, January 16, 2017 sur debunkingdenialism.com
  5. Internet Archive veut copier sa collection au Canada par peur de Donald Trump” 13 novembre 2016, Le Monde