L’hélicoptère à pédales existe enfin 6


Le team AeroVelo de l’université de Toronto vient de remporter le prix AHS Sikorsky de $250’000 lancé en 1980 pour récompenser le premier hélicoptère à propulsion humaine.

Le 13 juin 2013, leur engin a volé plus d’une minute, à atteint plus de 3m d’altitude et le pilote est resté au dessus d’un carré de 10m de côté.

Comme on le voit, les dimensions de l’ AeroVelo « Atlas » sont impressionnantes : occupant un carré de 47m au sol, les 4 rotors font 20.2 m de diamètre chacun. L’ensemble ne pèse que 55 kg grâce à l’utilisation de poutres triangulées en carbone, de pales en carbone+kevlar+mylar et de « chaines de transmission » en vectran [1]. Aucun doute : la disponibilité et la maîtrise de tels matériaux sont essentielles dans une telle réalisation.

Accessoirement, il faut aussi un moteur humain exceptionnel. Le pilote Todd Reichert a fourni une puissance de 1.1 kW au début du vol et arrivait encore à fournir 600 watts à l’ atterrissage, tout ça avec 72 kg de muscles, d’os et de cerveau.  Il devait aussi contrôler l’appareil en tirant sur les haubans en vectran afin de déformer la structure pour modifier très légèrement l’orientation des rotors.

Ce fantastique exploit comble un peu notre léger retard sur ce qui était prévu en 1900 pour l’an 2000 (mais on a eu 140 caractères à la place…)

Référence:

  1. Graham Warwick « Human + Helo – How AeroVelo Won the Prize« ,12 juillet 2013 sur Aviation Week
  • http://drgoulu.com Dr. Goulu

    Si les engins a pédales vous intéressent, ne manquez pas le « décavitator », pédalo à hydrofoils qui détient le record sur l’eau à 18.5 noeuds (34 km/h)

    http://www.youtube.com/watch?v=l2UOH65QOI4

    J’en avais causé sur http://foils.wordpress.com/2007/03/08/hydrofoils-a-propulsion-humaine/

  • http://epi.proteos.info Proteos

    Il me semble en effet que la disponibilité des matériaux «modernes» et d’un coureur cycliste professionnel sont essentiels à la réussite d’un tel projet! On voit aussi qu’il y a quelques problèmes de stabilité, car même à l’intérieur d’un hangar/salle de sport, le pilote a du mal à contrôler la position de l’appareil.

    Ça montre le défaut principal de ces bidules: leur fragilité intrinsèque. Impossible à utiliser s’il y a un peu de vent… Ne parlons pas d’intempéries plus fortes. Alors que les bons vieux appareils alimentés par le pétrole se permettent d’être nettement plus lourds, plus rigides et donc nettement plus utilisables!

    Mais ça reste un bel exploit, hein!

  • Guillaume

    à la louche 1 cheval pendant 60s => 736 J/s * 60 s => 44.16 kJ. L’humain n’est pas un combo stockage d’énergie / moteur super top avec 613 J/Kg et 1.5cv en pointe (D’accord, en anaérobie et réitérable après 15 minutes de repos).
    1L d’essence et un moteur de 103sp ça marche vachement plus fort et plus longtemps ! J’y penserai la prochaine fois que j’affréterai une Galère romaine :)

    Ça me rappelle cet autre exploit vieux de 25 ans http://fr.wikipedia.org/wiki/Daedalus_(avion)
    Ce que je ne comprends pas facilement est la différence de besoin énergétique entre un avion et un hélicoptère…

    • http://drgoulu.com Dr. Goulu

      Oui, même bien dopé un cycliste ne fait pas le poids (ou plutôt fait trop de poids) face à un petit moteur…

      Je ne me souvenais plus de Daedalus mais plutôt du http://fr.wikipedia.org/wiki/Gossamer_Albatross , dans le même genre.

      Je n’y ai pas trop réfléchi, mais je dirais que dans l’avion toute l’aile fonctionne à vitesse constante « raisonnable » (3.8 m/s pour Gossamer Albatros traversant la Manche), alors que dans l’hélico l’extrémité des pales va nettement plus vite, je dirais 10 m/s pour Atlas dont les rotors de rayon 10 m font environ 1 tour / 6 secondes. Ca fait tout de suite vachement plus de trainée…

  • http://drgoulu.com Dr. Goulu
  • http://szelveso.blogspot.hu/ Jean

    Les résultats de ce genre d`étude pourraient etre utiles quand on aura a crapahuter sur des planetes á gravitation réduite mais ayant néanmoins de l`atmosphere, comme par exemple Mars. Il faudra alors bien sur soigner les mécanismes de stabilization en cours de vol (gyroscopes ou autres) mais ca sera surement jouissif avec en prime de l`exercice pour les gambettes.