Anneau-Monde et surpopulation 4


L’Anneau-Monde” (“[Ringworld”) de Larry Niven [1,2] est un bouquin de S.F. des années 1970 auquel je repense souvent. En première lecture, c’est un Space opera classique. En explorant la Galaxie, les Terriens ont rencontré deux autres espèces intelligentes, les Kzinti et les Marionnettiste de Pierson. Après quelques siècles de conflits, ils vivent en paix et s’allient pour une mission d’exploration vers un système solaire qui révèle la présence d’une quatrième civilisation, inconnue.

Cette civilisation très avancée a “étalé” la matière de toutes les planètes du système pour construire un anneau entourant son étoile sur l’orbite habitable. La gravité est générée sur la face interne par la rotation de l’anneau. De très hautes chaines de montagnes continues bordent l’anneau pour empêcher l’atmosphère l’Anneau-Monde de s’échapper dans l’espace. Sur une orbite plus proche de l’étoile, d’immenses panneaux reliés par des câbles produisent l’alternance jour/nuit à la surface ce l’anneau. On voit tout ceci sur cette très jolie vidéo, avec les continents terrestres pour donner l’échelle de la chose:

Larry Niven se rapproche de la hard science-fiction lorsqu’il calcule les données techniques de l’anneau, mais s’en éloigne lorsqu’il constate que la résistance des matériaux nécessaires dépasse de très loin celle du diamant ou du nanotube de carbone. Il doit inventer deux types d'unobtainium : le scrith constituant la structure de l’anneau et le nanofilament reliant les panneaux.

En passant, il y a un dicton Kzinti auquel je repense chaque fois que je vois un vaisseau spatial surarmé : “l’efficacité d’un moteur à réaction comme arme est directement proportionnelle à son efficacité comme moteur.” C’est vrai ça : pourquoi monter des petits lasers sur un énorme canon à particules ?

Mais je m’éloigne du véritable thème de l’Anneau-Monde et de la raison qui le rend vraiment intéressant : la surpopulation.

Chacune des civilisations du livre de Larry Niven a trouvé une solution différente à la tendance naturelle de la vie à se multiplier de façon exponentielle:

Dans un prochain article, nous verrons que la démographie humaine du 21ème siècle est assez différente de celle que Larry Niven pouvait imaginer en pleine “explosion démographique” [3], au moment où le [[Club de Rome commençait à envisager des limites à la croissance [4]. Néanmoins, il me semble que le choix de “société durable” qui se profile pour nous se situe quelque part entre celui des Marionnettistes végétariens entassés sur une planète surchauffée et celui des Kzintis carnivores en guerre perpétuelle.

Mais si nous consacrons toutes les ressources de la planète à notre survie, nous serons irrémédiablement limités à une civilisation de type I bloquée au fond de son trou gravitationnel. Ne sommes-nous pas devant un choix plus fondamental encore ? Ne devrions-nous pas réduire drastiquement (mais pacifiquement, par une politique mondiale de l’enfant unique étalée sur un siècle par exemple) notre population pour disposer des énormes réserves d’énergie et de ressources nécessaires pour partir, construire des vaisseaux-mondes et essaimer dans l’espace à la conquête de plus de ressources, d’énergie et de surface ?

http://www.abalakin.de/

The Return to Abalakin d’Alexander Preuss : un “vaisseau-monde” qui fait presque envie, non ?

Note*: la chance n’étant pas un caractère héréditaire, elle ne peut pas être un avantage sélectif.

Références:

  1. Larry Niven "Ringworld" (1970) Ballantine Books ISBN:0345333926 WorldCat Goodreads Google Books  
  2. Larry Niven "L'anneau-monde" (2003) J'ai lu ISBN:9782290339169 WorldCat Goodreads Google Books  
  3. Albert Jacquard "L' explosion démographique: un exposé pour comprendre : un essai pour réfléchir" (1993) Flammarion ISBN:9782080351630 WorldCat Google Books  
  4. Donella H. Meadows "The limits to growth: a report for the Club of Rome's project on the predicament on mankind" (1972) Universe Books ISBN: WorldCat Google Books  
  • EstarkX4

    L’anneau monde ressemble beaucoup aux halos du jeu du même nom “Halo”
    etrange

    • Goulu

      pas étrange du tout, c’est officiel : “Les développeurs reconnurent que l’idée des mégastructures en forme d’anneau avait été inspirée par des concepts développés dans le roman Ringworld de Larry Niven”
      ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Halo_(s%C3%A9rie)#Influences_culturelles )

      Les bonnes idées inspirent, c’est normal.

  • Fabounnet

    Article sympa, Je pense que chance en tant ne caractéristique génétique doit être juste une blague de Larry Niven plus qu’autre chose, de toute façon pour de la sf ce n’est si pas choquant.

    En tout cas votre blog cher doc, est vraiment sympathique, d’ailleurs pas mal d’article sont vraiment intéressent c’est un plaisirs de vous lire.

  • Joli article, une belle manière de relater l’Anneau Monde, bravo 🙂