Tiède fusion 11


Après avoir mis au point la bombe H soviétique, le futur Prix Nobel de la Paix Andreï Sakharov inventa le Tokamak dans les années 1950 dans l’espoir de dompter la fusion thermonucléaire. Ca fait bientôt 60 ans qu’on essaie de faire marcher ce truc. Dans le meilleur des cas, ITER produira 500 MW de temps en temps dès 2020, après avoir coûté très cher. A moins que ce ne soit HIPER ou un descendant de la Z machine, d’autres projets colossaux. Ensuite il faudra encore quelques décennies pour industrialiser tout ça…

C’est beau une Z-machine, la nuit.

Mais dans tous les cas, comme je l’avais déjà expliqué ici, la réaction de fusion D+T → He4 + n exploitée dans ces réacteurs est bien différente de celle qui a lieu dans le Soleil. D’abord, elle produit des neutrons très rapides qui transformeront peu à peu la machine en déchets radioactifs. Ensuite, on n’obtient pas le tritium « simplement » en l’extrayant de l’eau. C’est plus compliqué

La fusion D+T n’étant pas pour demain ni idéale, on pense déjà aux réactions de fusion aneutronique d’après-demain. Certaines réactions éjectent des protons qui pourraient théoriquement produire directement de l’électricité sans passer par la case thermique. D’autres, celles qui me font le plus rêver nécessitent de l'Helium-3, inexistant sur Terre ou l’Helium est déjà rare, mais présent sur la Lune (une vraie bonne raison d’y retourner) et 10’000 fois plus abondant dans l’atmosphère d’Uranus, composée à 15% d’Helium. L’He3 est même déjà utilisé par plusieurs races intelligentes, alors…

Ballons d’extraction de l’He3 dans l’atmosphère d’Uranus. Credit: Adrian Mann.

En revenant sur Terre, la réaction aneutronique la plus « simple » à réaliser et donc la plus étudiée consiste à bombarder du Bore-11 avec des protons, ce qui produit 3 Helium-4. La réaction se produit à une « température » encore 10x plus élevée que pour la réaction D+T, mais elle a été obtenue en 2005 [1] avec un laser picoseconde. « pico » c’est 10 -12, et ça donne la durée de l’impulsion laser, longue de moins d’un millimètre… Le temps que le plasma chauffe, la réaction est donc plus courte que ça, et ensuite il faut probablement quelques heures avant de recommencer.

Donc la fusion aneutronique industrielle n’est probablement pas pour ce siècle. A moins que…

A moins que le « Catalyseur d’énergie » de Rossi et Focardi marche vraiment.

Ces deux italiens de l’Université de Bologne ont effectué plusieurs démonstrations publiques d’un bidule nettement moins photogénique qu’une Z-machine, mais qui produit apparemment 10 kW de chaleur pour une consommation électrique de 600 W, en fusionnant de l’Hydrogène avec du Nickel, produisant ainsi du Cuivre !

Oui, mesdames et messieurs, la fusion froide est de retour, ou plutôt la fusion tiède car le système est tout de même sous pression et plus chaud que la fumeuse expérience de Fleischmann et Pons de 1989. En théorie, ça ne peut pas marcher. Mais en pratique il y a eu des observations de transmutations sur des électrodes de nickel [2] avant le papier de Rossi et Focardi [3], Rossi a déposé un brevet [4] en 2008 pour commercialiser son système dès la fin de cette année 2011, et une partie de la communauté scientifique qui ne craint pas de se re-brûler les ailes analyse les explications possibles du phénomène, et en trouve [5].

Si le « Catalyseur d’énergie » de Rossi et Focardi marche vraiment, ce serait un tsunami dans le domaine de la physique nucléaire, dans ses frontières avec la chimie, dans la production d’énergie et dans le paysage de Cadarache. Et Rossi et Focardi pourraient embaucher le roi d’Arabie Saoudite pour cirer leur pompes. A quelque part, ça serait trop beau. Ca ne se peut pas. Impossible.

Ma! Impossibile non è italiano, no ? Allora, vediamo …

Références

  1. V. S. Belyaev, A. P. Matafonov, and V. I. Vinogradov, « Observation of neutronless fusion reactions in picosecond laser plasmas« , 2005, Physical Review, E 72, 026406
  2. Miley, G.H. and J.A. Patterson, « Nuclear transmutations in thin-film nickel coatings undergoing electrolysis« . J. New Energy, 1996. 1(3): p. 5.
  3. S. Focardi, A. Rossi « A new energy source from nuclear fusion« , 2010, Journal of Nuclear Physics
  4. Rossi Andrea, « METHOD AND APPARATUS FOR CARRYING OUT NICKEL AND HYDROGEN EXOTHERMAL REACTIONS » brevet WO/2009/125444
  5. Christos Stremmenos, « A detailed Qualitative Approach to the Cold Fusion Nuclear Reactions of H/Ni« , 2011 Journal of Nuclear Physics Nuclear experiments blog
  • http://science-for-everyone.over-blog.com/ benjamin bradu

    Comment d’habitude, Dr Goulu, un article qui me fait encore rever !

    J’aime bien le « bidule » sur la table de la cuisine a un franc six sous qui aurait un rendement d’environ 200 sans produire le moindre truc dangereux avec une source de matière première facile a trouver, quoique je connais pas trop les ressources mondiales de nickel (je rappelle qu’ITER devrait avoir un facteur Q de 10 pendant une demi-heure de temps en temps dans le meilleur des cas).

    D’ailleurs, tu dis que le « bidule » produit 10kW de chaleur pour 600W injecté. Quelle est ta ref ? Dans le papier de Rossi, il parle plutôt d’un facteur de l’ordre de 200 !!

  • frédérick Halas

    Ci après le lien vers l’interview de Dennis Buschnell (NASA Energy Chief Scientist 40 ans de carrière) il commente de manière apparemment très informée, et positivement, le dispositif de Rossi.

    http://evworld.com/article.cfm?storyid=1983

  • http://drgoulu.com/ Dr. Goulu

    Suite à une question de surunitairedream sur « Dites NON au mouvement perpétuel », voici quelques nouvelles sur le ECAT :

    1) ECAT vient de lancer commercialement son générateur de 1 MW ( http://ecat.com/ecat-products/ecat-1-mw )

    2) Contrairement à ce qui est affirmé sur plusieurs sites, National Instruments n’est pas un partenaire, ni même un client de ECAT ( http://www.forbes.com/sites/markgibbs/2011/11/11/national-instruments-and-cold-fusion/ )

    3) Un papier sur ArXiv ( http://arxiv.org/abs/1305.3913 ) présenté comme une étude indépendante affirme que le dégagement de chaleur est réel et incompatible avec une source chimique

    4) Elforsk, l’association des companies d’énergie suédoise ( http://www.elforsk.se/in-english1/ ) a pondu un rapport ( http://supersync.com/elforsk.pdf ) sur les « Low Energy Nuclear Reactions » hélas en suédois uniquemen. Il encourage un « scepticisme prudent mais positif. Voici la conclusion de ce rapport traduite par Google Translate en attendant mieux :

    6 Conclusions

    Quelles sont les conclusions qui peuvent être tirées de la recherche en cours et
    développement en termes de phénomènes qui sont en contact avec LENR?

    6.1 Où la recherche sur la technologie LENR aujourd’hui?

    Aujourd’hui la technologie LENR ne s’agit plus de ce que vous croyez ou pas. C’est plus d’être sceptique et constructive accepter que certains appareils lenr semblent émettre plus d’énergie qu’ils devrait raisonnablement aux hypothèses classiques sur le sous-jacent procédés. Il y aura certainement un certain temps avant que tous les aspects de cette branche de la technologie a été épuisé. Aujourd’hui, il ya beaucoup de validations de la technologie LENR. Différents dispositifs sont brevetés. Certains ont construit. Beaucoup a été testé dans plus ou moins indépendante tentatives. Des études sont en cours dans les industries de la défense, l’industrie aérospatiale Autres Différentes entreprises font des tests. Commence Certains Université donner des cours et s’embarque avec différents fondamentale études qui peuvent être associés à LENR. Quelles sont les entreprises sera le premier à commercialiser la technologie reste voir.

    6.2 Où est l’explication / pourquoi?

    Il est difficile pour le moment, d’évaluer le niveau de la recherche scientifique derrière les tests, les validations et les résultats présentés. Cependant, c’est peut-être d’une importance secondaire? « Le revenu est revenu » et les théories peuvent arriver en retard. Technologie LENR pourrait potentiellement se présenter pour un changement de paradigme révolutionnaire dans le secteur de l’énergie. Ils investissements actuellement faits devraient invitent à la réflexion et une scepticisme prudent mais positif. Basé sur le matériel que nous avons fait par cette étude indiquent que la valeur LENR-phénomènes peuvent être liés à:

     processus hautement non-linéaires

     présence de champs électromagnétiques

     Stimulation de différentes résonances des systèmes dans le plasma ou à l’état solide,

     Phénomènes Plasma à gaz entièrement ou partiellement ionisés et soi-disant poussiéreux Plasmas

     échanges élevés de l’énergie par le biais de diverses réactions nucléaires possibles, transmutations etc

    6.3 Où sont les plus grands défis?

    Si le travail LENR selon les procédés physiques quantiques, il est probablement un effet non linéaire est impliqué. Hautement probable Également un effet électrodynamique des résonances impliqués.

    Cela signifie que les effets de changement d’échelle peuvent être difficiles à contrôle. De même, il semble que le nombre de paramètres de commande et de contrôle pas tout à fait facile d’obtenir cohérente. Comment est l’interaction entre procédés thermiques et électriques?

    Réacteur E-Cat, Leonardo Société a élaboré, nécessité Chaleur externe pour son fonctionnement. Cette source externe semble également être nécessaire pour faire fonctionner l’appareil dans un en toute sécurité. D’autres dispositifs à base de lenr excitation d’ résonances du système. La connaissance de la façon dont ils sont choisis, contrôlés et réglementé sont encore secrets commerciaux qui ne peuvent être glanées brevets. Ceci montre que défis pour la technologie LENR, si cela fonctionnerait, est un processus complexe, mais pas nécessairement compliqué. Un probable scénario de développement est que beaucoup de tentatives d’essais et d’erreurs reste à maîtriser éventuellement un réglage précis et répétabilité. Les questions de sécurité doivent en outre l’étude. Particulièrement l’apparition de particules de haute énergie et le rayonnement, mm magnétique

    • http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/ AlainCo

      Il est clair que pas mal d’entreprise,s donc des grosses se sont positionnée depuis longtemps ou pas sur le créneau de la fusion froide.

      Dès 1991 il n’y avait pas de doute qu’il y avait une production anormale de chaleur et des transmutations. http://lenr-canr.org/acrobat/GerischerHiscoldfusi.pdf

      passons sur le délire collectifs des aristophysiciens qui ne veulent pas avaller leur chapeau et bloque les update de wikipravda de peur qu’on découvre les faits…
      c’est le fait de quelques ânes bâtés et des millions de perroquets
      http://www.mail-archive.com/vortex-l@eskimo.com/msg87386.html

      l’offre commerciale de l’ecat est ancienne, et c’est suspendu a la certification du réacteur… probablement un an a attendre. plus pour les usage à domicile.

      Elforsk a clairement engagé sa crédibilité en publiant un article dans son journal corporate (plus encore que ce rapport intéressant mais médiocre)

      http://www.elforsk.se/Global/Trycksaker%20och%20broschyrer/elforsk_perspektiv_nr2_2013.pdf#page=4

      j’ai fait un petit résumé en anglais (si ca vous dit de le traduire, ma cversion francaise est obsolète)

      http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/

      on y parle de National Instruments, Toyota, Mitsubishi, Nasa, US navy, Enea…

      lire aussi les liens en début d’article qui sont parfois saignants, instructifs, voir synthétiques…

      • http://drgoulu.com/ Dr. Goulu

        Merci pour les liens, intéressants. Mais je vous demanderais d’éviter de traiter les sceptiques avec des noms d’animaux sur ce blog, du moins jusqu’à ce que la « fusion tiède » soit systématiquement reproductible.

        Prenez exemple sur Truchard à la conférence que vous citez ( http://www.youtube.com/watch?v=NxjxFdFEBsw à partir de 15:00 ) : il reste très prudent en disant que d’autres ont validé la LENR avec des outils NI, pas que NI cautionne les résultats obtenus …

        Pour ma part j’en reste au « scepticisme prudent » : j’admets qu’il existe des faits expérimentaux montrant que le sujet est digne d’intérêt, mais je constate qu’ils sont pour l’instant peu ou pas reproductibles de manière indépendante, car les brevets ne disent pas tout et que la physique ne propose pas d’explication simple.

        « Reproductible de manière indépendante » va plus loin que faire des mesures sur un bidule hermétiquement clos pendant X heures. D’un point de vue scientifique, il faut que Rossi & Co révèlent publiquement les infos permettant à n’importe quel labo de répliquer leur système, maintenant qu’il est breveté et commercialisé.

        Tout ce qu’ils risquent c’est d’être les premiers Prix Nobel multimilliardaires encore plus vite, alors pourquoi ne le font-ils pas ?

        • http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/ AlainCo

          sur la productibilité, il y a depuis longtemps des protocoles (gas permeation, codeposition) qui sont reproductible.

          Et l’électrolyse a livér ses derniers mystères avec les travaus de l’ENEA qui s’es rendu compte de l’importance de la structure cristallograpique

          quand aux noms d’oiseau, je vous invite a lire le comportement de nature, Science, Huizengha (avec sa logique très particulière), a noter combien de jour après F&P l’APS a dis dans une conférence publique que c’était de la science pathologique . a dire combien de temps il a fallu pour le MIT , caltech, Harwell pour saboter 3 expériences, et combien il a fallu a de vrais électrochimistes de renom comme Miles et Bockris.

          quand a savoir si c’est une découverte, il semble que Kuhn et Taleb ait noté le même soucis que moi, et que l’histoire avant réécriture soit du même avis.

          le manque de reproductibilité (au dela de certaines sensibilité aux matériaux, pour certains protocoles, normal), est un mythe comme l’est le manque de papiers peer-reviewed.

          d’ailleurs le manque de reproductibilité n’est pas un problème, il suffit qu’il y ait suffisement de résultats positifs sporadiques pour justifier de la réalité d’un phénomène.

          que ce sophisme évident ait passé le peer-review montre le niveau de biais du consensus actuel.

          que le fait d’appliquer une statistique de diffusion dans le vide à un réseau cristallin gavé particules liées, n’ait pas levé de questionnement, lève un sacré problème sur la compétence, ou plutot la soumission de la communauté des physiciens, et de leurs subordonés. Il s’agit bien d’une illusion collective de certitude.

          On confont aujourd’hui (Thomas Kuhn le dit aussi) l’existence d’un phénomène, avec le fait qu’on le comprenne, qu’on le reproduise facilement.

          Kuhn avait bien expliqué qu’une annomalie ne pouvait être admise que si on en avait une explication, une théorie complète.

          le comble de l’aberration ca a été quand des scientifique ont dit qu’il ne croirait aux LENR que quand il y aurait une théière… quid du signal sur bruit… depuis quand une application industrielle est utile à la science ?

          De même lire Pomp&Erikson dire que si un test industriel n’est pas fait en boite blanche il ne faut rien, est le sophisme inverse. Pas besoin de savoir ce qu’il y a dans une boite noire pour admettre que ca chauffe…

          cette pile de sophisme consensuelle, mérite selon mois de très courtois noms d’oiseaux.

          Perroquet est l’espèce dominante, souvent de la sous espèce analphabète qui ne lis rien et répète. Ensuite il y a des chiens de gardes qui protèges leurs maitres (si on applique la physique des plasma aux particules couplées a un réseau cristallin, je pense que je peux dire que ce sont aussi des oiseaux). Il y a aussi les aigles royaux qui inspirent la terreur, virent les dissidents, et bloquent les révolutions.

          Plus sérieusement c’est un cas habituel de « pensée de groupe » en « Science normale », et on est en phase culminante avant effondrement. Le gros de la population en est victime. les coupables sont une poignée, dont la plupart n’on jamais lu d’articles dérangeants, ni fait la moindre expérience.

          Le plus dingue c’est que les premiers a dénoncer les theories de la conspirations, avancent des théories de la conspiration de plus de 4000 scientifiques, des douzaines de pays et d’institutions, des instruments de toutes natures, des type d’organisations de touts types,malgér une absence de financement et des sanctions terribles contre les disidents… puis se metten à pinailler sur des articles corrects, tout en avalant comme du petit lait des pamphlet conspirationistes insultants et triffés d’erreurs et de mensonges (eg: pomp&eriksson).

          Pensée de groupe.

          J’ai pas trouvé de façon de la faire réaliser.

          Elforsk, NI, Nasa,Navy,Toyota,Mitsubishi,Amoco,Shell,UniMissouri,UniTsinghua… tous des malades mentaux ?

          ou alors… ou alors c’est comme pour Shechtman,Semmelweiss, galilee,Wegener,… et plein d’autres

          http://amasci.com/weird/vindac.html

          mais là quand même c’est gros, très gros… c’est plus gros qu’une conspiration 9/11

          Autruche ? c’est un nom d’oiseau!

          bon courage pour la lecture des articles. commencez par Ed Storms dans Naturwissenschaften.

          • sebpourlespam

            C’est marrant, lorsqu’on évoque des sujet comme la fusion froide, on commence avec un pseudo jardon scientifique, de la patascience, puis on retombe toujours sur la fameuse théorie du complot . L’inquisition des scientifiques face à la noblesse de prétendus hurluberlus autoproclamés génies…

            D’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalyseur_d%27%C3%A9nergie_de_Rossi_et_Focardi#Critiques :
            « les démonstrations tenues de janvier à avril 2011 comportent de nombreux défauts méthodologiques qui compromettent leur crédibilité, et Rossi a refusé d’effectuer les tests nécessaires qui auraient permis de confirmer ses affirmations »
            « les 10 % de cuivre dans les restes de combustible ayant étrangement le même ratio isotopique que le cuivre naturel »

            Pas de bol… c’est donc une arnaque comme il en existe des centaines (milliers) sur Youtube sur les énergies « libres »

            • http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/ AlainCo

              la théorie du complot c’est la théorie de fraude généralisée de divers chercheurs reconnus depuis des décennies qui sont tombés dans la pseudo science.

              Wikipedia pour ces articles est contrôlé par une poignée de gens malhonnêtes qui ont et c’est public (pas une conspiration,, c’est publique) refusé de citer la réponse de Bo Hoistad dans ibTimes, ou la position de Elforsk.

              http://it.ibtimes.com/articles/52396/20130708/fusione-fredda-gravi-critiche-test-indipendenti-intervista-bo-hoistad.htm

              http://ecatnews.com/?p=2620

              http://www.elforsk.se/Global/Trycksaker%20och%20broschyrer/elforsk_perspektiv_nr2_2013.pdf#page=4

              c’est public c’est clair. lisez.

              si vous voulez avoir un opinion qui ne soit pas la soupe conspirationiste de wikipedia et quelques gardiens de la foi autoprogramé (lisez groupthink, les mindguards pour savoir de qui je parle)

              vous pouvez lire ce livre de Charles Beaudette…

              Excess Heat by Charles Beaudette : http://iccf9.global.tsinghua.edu.cn/lenr%20home%20page/acrobat/BeaudetteCexcessheat.pdf

              (le livre est publié sur l’ICCF9 de Tsinghua en Chine, mais on devrait l’acheter sur Amazon si on est un gars honnête)

              pas un fan mais un ingénieur qui a découvert a sa grande surprise que dans le domaine de la fusion froide le peer-review était très sérieux…

              et qu’il n’y avait que 4 papiers, réfutés , qui prétendaient attaquer la calorimétrie de Fleischmann…

              et d’ailleurs si on ajoute McKubre (cellules pressurisées) il n’y a plus le moindre argument. De toute façon avec les chercheurs du SRI, de l’ENEA, du NRL, du SPAWAR, sur le coup, dire que ce sont des artefacts de mesure et des fraudes c’est une théorie conspirationniste.

              je suis d’accord que les théories conspirationnistes ca craint.

              ni le mythe du mauvais mélange (les critiques étaient trop incompétent pour comprendre que la forme de la cellule de F&P reproduite au CEA , assurait un bon mélange), ni d’autres hypothèses réfutés de recombinaison, ne sont crédibles pour les électro-chimistes compétent…

              lire juste le premier chapitre donne déjà l’essentiel, mais chaque chapitre enfonce bien le clou.

              rien de bien neuf si on sait lire Kuhn, Benabou et Taleb.

              mais bon il est clair que comme l’explique bien Beaudette l’essentiel des critiques est basé sur la répétition de vielles histoires obsolètes , réfutées depuis longtemps, et l’ignorance de toute le reste organisée avec soin.

              après tout dans les critiques on ne trouve guère que des données dantant de mi 1989 , 4 papiers réfutés, qq conférences faites par des incompétents, et des arguments théoriques sans intérêt qui explique pourquoi ces théories conspirationnistes fausses plaisent tant. la vrai cause du déni est qu’il n’y a pas de théorie explicative, ce qui dérange la « science normale » au sens de Kuhn, qui comme d’habitude refuse l’existence des anomalies si elles ne peuvent être expliquées.

              Quand a la capacité de ne pas mettre a jours ses données, le modèle de « Mutual Assured Delusion » l’explique bien.

              c’est pas de la conspiration mais de l’épistémologie classique.

              comme je le répête, la conspiration c’est la théorie dominante.

              si vous voulez lire de la pseudo science et la violation de la méthode scientifique, lisez cet article wikipedia

              http://pages.csam.montclair.edu/~kowalski/cf/293wikipedia.html

              mais si votre temps et précieux, lisez le livre de Beaudette

              • sebpourlespam

                Vous trouverez aussi un paquet de publications sur le net sur l’existence
                des extraterrestres, les ummos, les chemtrails, les stigmates, la télépathie,
                l’énergie libre, l’homéopathie et j’en passe.

                Tous ces
                phénomènes ont des points communs:

                – le
                phénomène est prouvé mais leurs partisans sont invariablement sous le joug
                d’une caste de scientifiques œuvrant à rendre la révélation de ces découvertes
                impossible, raison pour laquelle on n’accorde jamais de financement pour ce
                genre de recherche

                – la
                justification scientifique se limite à assembler un méli-mélo de termes
                scientifiques dans un papier pour tromper le commun des mortels (mais ne peut tromper
                les scientifiques). On oppose les réfutations scientifiques par la rhétorique et
                la théorie du complot.

                – douter du
                phénomène nécessite forcément d’être soit obtus, borné, inculte, à la solde du
                lobby des illuminatis mangeur d’enfant, parfois tout ça en même temps.

                Répéter ou
                écrire inlassablement qu’un phénomène existe ne suffit pas pour en faire
                une vérité.

                Et puisque
                vous aimez les liens, en voici un qui liste un bon paquet de supercheries :
                http://www.zetetique.ldh.org/dossiers.html

                Vous pouvez
                évoquer autant que vous le souhaitez la supposée censure de wikipedia, il n’empêche
                que le produit (le cuivre) de la supposée réaction a le
                même ratio isotopique que le cuivre naturel. C’est donc une supercherie,
                bien ficelée sans doute mais une supercherie quand même.

                Libre à vous de croire ce que vous voulez, pour ma part je sais
                quoi penser d’une invention dont l’inventeur refuse de se soumettre à un
                protocole scientifique tout en markettant suffisamment le produit pour attirer
                le chaland en promettant de vendre des microgénérateurs individuels.

                Tout ça sans théorie scientifique derrière bien évidemment.

                Pour en revenir au sujet des voies alternatives à la fusion (pas
                froide hein… de la vrai fusion théorisée et mise en équation), cela fait près
                de 50 ans que l’on sait faire de la fusion de manière contrôlée par confinement
                électrostatique mais avec un rendement si faible qu’il est impossible d’en
                tirer de l’énergie. http://en.wikipedia.org/wiki/Fusor

                On se sert toutefois de cette invention comme
                générateur à neutron.

                • http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/ AlainCo

                  il ne s’agit pas d epublication sur le net, mais dans le JJAP (l’équivalent japônais de science) ou une revue spécialisée en électrichimie comme le Jounal of electroanalythical chemistry où des gens du US navy spawar , Toyota, Mitsubishi ont entre autre publié,

                  je crois que faire le paralèle avec les alien ne rehausse pas votre discours conspirationiste évident.

                  vous refusez comme tout pseudo-scientifique les sources qui ne vous plaisent pas, sans analyser leur contenu.

                  les rare papiers (4) publiées, que Beaudette cite comme le seuls critiques publiées du domaine, attaquant la seule chose attaquable, la calorimétrie, on fondu comme le papier de Seralini devant la critique.

                  par exemple la critique dur le mélange de Lewis, qui est en fait le seul argument qui a convaincu la communauté scientifique et verrouillé le groupthink a été démonté par Fleischman quelques jours après, qui a montré que le mélange prenait 20 secondes dans sa cellule, conçue par un expert du domaine et pas par un petit physicien ambitieux comme Lewis, peu expérimenté en Hydrures.

                  A l’opposé mcKubre a pris plus de temps mais, manquant comme Lewis de données sur la cellule de F&P, il a repris tout à zéro, et concue une cellule pressurisée et fermée, où il a pu s’assurer du taux de charge du palladium qui s’est révellé être l’un des facteurs clé ignoré de Lewis et des autres résultats négatifs.

                  Aujourd’hui on a aussi compris l’importance de la densité de courant, de l’état matélurgique, et des impureté, ec qui explique le succès systématique des expérience où Fleischmann a fourni son palladium (datant de 1930), et le succès avec le palladium recyclé des pots catalytiques.

                  Il faut que vous lisiezle livre de Charles Beaudette, histoire de pas trop faire d’erreur.

                  lisez aussi ce petit article qui fait une synthèse historique

                  http://lenr-canr.org/acrobat/RothwellJlessonsfro.pdf

                  evidemment tout document qui comme les rapport de l’ENEA, Toyota, Mitsubishi, US navy, EPRI, NASA, qui soutient la réalité de la fusion froide est fruit d’une conspiration de scientifique espérant ruiner leur carrière et toucher le fond de la reconnaissance par leur pairs, afin de perdre leurs budget et leur espoir de Nobel.

                  Comme l’expliquent les gens bien, il n’est pas nécessaire de vérifier toute supposition d’artefact ou d’erreur car c’est évident.

                  Il y a des moments ou je me dit que les critiques contre la pseudo science s’appliquent très bien à la fusion froide, mais pas du bon coté.

                  mais bon, pour le voir il faut s’informer.