Fractales sur Google Earth 6


Paul Bourke est un prof australien passionné par les fractales. Ses pages sur le sujet sont une mine inépuisable d’informations et d’émerveillements. Récemment, il s’est mis à collectionner des photos satellite d’endroits « fractals » sur notre planète grâce à Google Earth:

Sognefjord, Norway

Kuching, Malaysia

namibia2

namibia

southafrica

mexico

india

laos

afghanistan

china

russia2

alaska

usa3

usa

usa2

algeria_001

spain

australia2

Exmouth, Western Australia

Lake Nasser, Egypt

Pour réaliser le diaporama ci-dessus et également pour mieux faire connaitre ces magnifiques photos, je me suis permis de les copier sur flickr. D’autre part j’ai collecté toutes les positions de ses découvertes dans un seul fichier .kmz que j’ai posté dans le forum officiel de Google Earth, si vous voulez vous lancer dans l’exploration…

Une petite discussion y a immédiatement commencé pour savoir si ces paysages principalement générés par l’érosion sont des fractales ou pas. A mon humble avis il y a une dimension fractale, mais qui n’apparaît que sur un ou deux ordres de grandeur, un zoom x10, voire x100, mais c’est suffisant pour être très beau, n’est-ce pas?

Laissez un commentaire

6 Commentaires on "Fractales sur Google Earth"


Invité
3 ans 11 mois plus tôt

Bonjour,

J’ai beaucoup apprécié votre article. Ces fractales dans la nature sont en effet de belles trouvailles.

Une petite remarque: sur mon navigateur (Firefox 4), les images défilent bien, mais il en a un certain nombre qui ne sont pas des fractales.

Bonne continuation.

Invité
soeur Anne
4 ans 4 mois plus tôt

Magnifique…

Invité
Nicolas
4 ans 4 mois plus tôt

C’est superbe…
Un petit détail, mais j’ai lu le billet sur Google Reader et toutes les photos etaient affichées les unes en dessous des autres, ce qui est bien. Ce qui est moins bien, c’est que sous les paysages fractales apparaissaient vos photos d’Alinghi, du pont de Gueuroz et autres photos moyennement fractales. Bizarre…

Invité
H
4 ans 4 mois plus tôt

Je suis une fois tombé en arrêt devant le delta d’un fleuve sibérien… c’était vraiment, ouaj ouh. Depuis le temps j’ai oublié où c’était…