Trop-plein des Andes 1


Après « L’adaptation à l’altitude » que j’ai eu le temps d’écrire, mes autres idées d’articles andins finissent dans ce trop-plein d’août:

  • La coca
  • Les camélidés américains
  • L’or des incas

La coca

Pour les européens, la feuille de coca fait immédiatement penser à la cocaïne, et peut-être à une boisson gazeuse qui n’en contient plus depuis 1929. Mais pour les habitants des Andes qui la mâchent depuis des siècles, c’est un médicament à tout faire : 100 grammes de feuilles de coca fournissent un apport complet en vitamine A, en riboflavine (B2), en phosphore et en calcium. Il y a aussi du bêtacarotène, de la vitamine E, du magnésium et du fer et une véritable pharmacie de principes actifs (copié-collé de l’article Wikipédia) :

  • la papaïne, enzyme qui aide à la digestion en l’accélérant, propriétés cicatrisantes pour la peau,
  • la quinoléine qui évite la formation de caries dentaires lorsqu’elle est mélangée avec du calcium et du phosphore,
  • l'atropine qui possède un effet déshydratant au niveau des voies respiratoires,
  • la benzoïne qui a un effet cicatrisant sur la peau, propriétés antifermentation,
  • la pectine qui est un absorbant au niveau intestinal, est aussi efficace comme antidiarrhée,
  • la réserpine qui réduit la haute pression sanguine,
  • la cocamine qui possède des effets anesthésiques,
  • la coniine qui est un anesthésique local puissant,
  • l'ecgonine qui agit au niveau du métabolisme des glucides, générant de l’énergie, il est un complément aux diètes.
  • l'inuline rafraîchit et améliore le fonctionnement du foie, la sécrétion de la bile et son accumulation dans la vésicule ; diurétique, aide à l’élimination des substances nocives et toxiques non physiologiques. C’est un polysaccharide qui produit une augmentation des cellules sanguines.

Trois substances en particulier permettent de combattre le mal aigu des montagnes si vous n’êtes pas génétiquement modifié:

  • la hygrine qui a des vertus sur la circulation sanguine,
  • la pyridine qui stimule la circulation sanguine, facilitant l’oxygénation – particulièrement du cerveau – réduit par l’écoulement plus lent du sang, à cause de la polyglobulie
  • la globuline qui est une protéine cardiotonique, qui optimise le travail du cœur, évitant la tachycardie et l’hypotension

Extraire de la cocaïne de la feuille de coca, c’est comme extraire l’alcool pur d’un château d’Yquem : un véritable sacrilège chimique.

Mais la comparaison s’arrête là, car expérience faite, la feuille de coca à surtout un goût de … feuille. En tisane (« maté de coca ») ça passe encore assez bien, mais en raison de la limitation de sa culture légale au Pérou et en Bolivie et de l’interdiction d’en exporter et d’en importer même en petite quantité, il vous faudra aller là bas pour en trouver au petit déjeuner de votre hôtel.

Lean de Laine : production optimisée de tricot en alpaga (photo Dr. Goulu sur flickr)

Les camélidés américains

Le lama et l'alpaga sont des cousins des chameaux. Les camélidés sont tous originaires de l’Amérique du Nord d’où ils ont essaimé vers l’Asie pour devenir le genre regroupant chameaux et dromadaires (qui peuvent s’hybrider pour donner le turkoman à une bosse et demie),  et vers l’Amérique du Sud pour donner deux autres « genres »:

  • le genre lama, qui regroupe:
    • le lama proprement dit. Domestiqué pour sa laine et sa viande, il peut aussi transporter une charge d’une vingtaine de kilos.
    • le guanaco est sauvage et sa laine peu abondante n’est pas prisée. Par contre il a été tellement chassé pour sa viande que c’est désormais une espèce protégée.
  • le genre Vicugna, avec:
    • la vigogne. Le plus petit des camélidés est aussi sauvage, mais il est capturé et tondu pour sa laine extraordinairement fine, chaude et chère [1,2]. Tellement chère que des braconniers tuent ces magnifiques animaux, désormais aussi protégés.
    • l'alpaga, peut-être le plus courant depuis qu’il est élevé dans le monde entier pour sa laine remarquable. Sa viande n’est pas mal non plus (je sais, je suis incorrigible…)

Quant aux camélidés d’Amérique du Nord, ils ont disparu assez récemment. Certains paléontologues pensent qu’ils sont été exterminés par des chasseurs un peu trop avides de viande. Pourtant tout le monde sait que les amérindiens vivaient en parfaite harmonie avec la Nature…

L’or des incas

La civilisation inca n’avait qu’un embryon d’écriture au moment où Francisco Pizarro et ses 180 conquistadors analphabètes ont envahi cet empire de 15 millions de sujets et pillé ou détruit tous ses biens culturels. Ceci fait qu’aujourd’hui on n’a pratiquement aucune idée de ce à quoi ressemblaient les villes et temples incas. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme de sites comme le Machu Picchu : ils laissent beaucoup de place à l’imagination. Les populations locales, légitimement très fières de leur histoire, ont une certaine tendance à la surenchère concernant les richesses dont ils ont été dépouillés, notamment les quantités d’or et d’argent. On nous a parlé de temples recouverts d’épaisses plaques d’or et d’argent, de trésors jetés dans le lac Titicaca pour échapper aux espagnols et autres histoires dignes de l'Eldorado. Je n’en ai retrouvé que quelques faits historiques:

  • Pizarro a profité d’une guerre civile entre les partisans de deux héritiers au trône inca, Atahualpa et Huascar. Par traîtrise il capture Atahualpa, qui lui fait apporter 5 tonnes d’objets en or et le double en argent en échange de sa liberté Le montant de cette rançon est assez bien connu car Pizarro devait verser 20% de ses gains au roi d’Espagne pour bénéficier de sa protection.
  • Après avoir touché la rançon, Pizarro exécute Atahualpa au lieu de le libérer et, comme Huascar s’est fait assassiner entre temps, Pizarro n’a plus qu’à entrer dans Cuzco et la mettre la capitale à sac. On sait que les conquistadors y ont notamment trouvé 12 statues de taille naturelle en or et argent, et une statue de femme en or massif qui pesait une trentaine de kilos à elle toute seule. Tout ceci a été fondu avant que quiconque n’ait eu le temps ne serait-ce que de les dessiner, mais au total on estime que les trésors de Cuzco dépassaient un peu la rançon d’Atahualpa [3]
Seuls quelques (petits) objets en or ont échappé aux conquistadors. La plupart sont au "Museo de Oro" de Lima

Seuls quelques (petits) objets en or ont échappé aux conquistadors. La plupart sont au « Museo de Oro » de Lima

Voilà, c’est à peu près tout ce qu’on sait à propos de l’or volé aux incas. Peut-être que le butin total a été deux ou trois fois plus élevé, disons 30 tonnes d’or et 60 d’argent, mais probablement pas beaucoup plus. En visitant le « Museo de Oro » de Lima, on constate que l’art précolombien utilisait surtout de minces feuilles d’or, souvent plaquées sur du bois ou cousues sur du tissu. Il y a très peu d’objets massifs, et en visitant l'isla del Sol je n’ai pas réussi à croire que les rochers et les temples étaient recouverts de tonnes d’or dont on ne trouve pas trace d’un système de fixation.

Par contre, dès l’invasion les mines d’or et d’argent des Incas (et des Aztèques) ont été exploitées avec les méthodes de l’époque, incluant le mépris total de la vie des mineurs locaux. Et là effectivement, un flux d’or et d’argent s’est établi de l’Amérique vers l’Espagne dès le XVIème siècle : a elle seule, la mine de Potosi a produit 41000 tonnes d’argent pendant la période coloniale, au prix de milliers de vies.

Selon l’ économiste Earl J._Hamilton[4], cet afflux de métaux précieux a eu pour effet de produire une inflation de 300% en Espagne entre 1500 et 1600 car l’or et l’argent y sont soudain devenus moins rares. Les produits espagnols sont devenus trop chers pour être exportés, par contre les espagnols ont commencé à importer massivement les produits de toute l’Europe en plus de ceux qu’ils obtenaient de leur immense empire colonial, situation dont les effets se sont fait sentir jusqu’au milieu du XXème siècle.

Références

  1. « Les camélidés américains » sur welcome in Peru
  2. « Une laine qui vaut son pesant d’or » sur Green et Vert

  3. Christopher Minster « The Treasure of the Inca« 

  4. Tejvan Pettinger, « What happened to the Spanish Gold from the Incas?« 
  • Groug

    Rien à voir avec le sujet, mais c’est normal que la page d’accueil du site en soit restée au « Trop-plein de juin » ?