Mes 10 livres préférés (#MyTopTenBooks) 7


Découvert sur Freakonometrics une chaîne d’articles sur nos 10 bouquins préférés, alors voici une sélection des miens.

Cent ans de solitude

Au moment où j’hésitais à ne mentionner que des livres en rapport avec la science, j’apprends le décès de Gabriel García Márquez, auteur de mon roman « littéraire » préféré. Si je ne devais sauver qu’un seul livre d’un naufrage sur une île déserte, ce serait celui-là.

La Disparition

Avant qu’nous nous rapportions aux bouquins du savoir, citons ici un fracassant opus du à un gars d'oulipo, qui parvint à ourdir un roman total sans utilisation d’un attribut scriptural pourtant primordial. Il lipographia « La Disparition, qui abasourdira d’autant plus l’humain qu’il fut tâtonnant à accomplir trois rangs manuscrits approchants. (pas mal, non ?)

Patience dans l’azur

20140418_152251

L’autre moitié de mes bouquins préférés est chez des amis qui ne me les ont pas rendus. Je leur pardonne seulement s’ils les ont prêtés plus loin…

Ces jours qui te semblent vides
Et perdus pour l’univers
Ont des racines avides
Qui travaillent les déserts
[…] Patient, patience,
Patience dans l’azur!
Chaque atome de silence
Est la chance d’un fruit mûr!

(Paul Valéry)

« Patience dans l’azur » est le titre de ce poème de Paul Valéry, et celui du livre qui m’a révélé que l’Univers est une fabrique de complexité. Les particules forment des atomes selon certaines lois, les atomes forment des molécules selon d’autres, les molécules constituent parfois des être vivants en suivant encore des lois différentes, les êtres vivants forment des sociétés, avec leurs propres lois. Avec ce livre et les suivants Hubert Reeves m’a converti au holisme.

Les puissances de dix

L’univers, c’est noir. C’est ce que j’ai découvert grâce à ce livre de photographies et de dessins tirés d’un film génial. Il n’y a qu’à notre échelle que la réalité semble quelque peu « solide ». Le cosmos est grand, très très grand, mais il y a aussi plein de place en bas.

Astronomie Populaire

Un livre d’astronomie réédité depuis plus d’un siècle ! Mes parents m’ont offert un exemplaire de l’édition de 1908, doré sur tranche, magnifique. Camille Flammarion le dédie « respectueusement aux génies immortels Copernic, Galilée, Kepler, Newton, qui ont ouvert à l’humanité les routes de l’infini. »

Ce livre respire l’optimisme d’une époque où tout devenait possible, où l’on n’hésitait pas à pas à passer des mois à calculer des orbites de planètes à la main, armé d’une simple table de logarithmes. Mais les scientifiques de l’époque étaient cependant bien conscients des limites de leurs connaissances et des défis posés à leurs successeurs. Mes passages préférés sont ceux où Camille Flammarion s’interroge longuement sur trois grands mystères de l’époque:

  1. la source d’énergie du Soleil
  2. la précession du périhélie de Mercure
  3. la nature des galaxies, qu’on ne distinguait pas clairement des nébuleuses à l’époque

J’ignore si l’édition moderne ajoute les réponses du XXème siècle à ces questions. Ce serait presque dommage.

Gödel, Escher, Bach : les Brins d’une Guirlande Eternelle

Achille et la Tortue se promènent dans les oeuvres picturales d »Escher et musicales de Bach pour une fantastique initiation à la logique et aux systèmes formels, spécialement la récursivité et l’auto-référence, pour aboutir en beauté au théorème de Gödel, un des résultats scientifiques les plus importants du XXème siècle dont la portée se fera sans doute sentir 100 ans plus tard : maintenant.

Est-ce un livre scientifique ou un roman ? Je dirais les deux à la fois. Donc j’ai lu ce livre deux fois, une fois en français et une fois en anglais. En réalité c’était plutôt car certains passages basés sur des jeux de mots ou de lettres me paraissaient intraduisibles. Douglas Hoffstadter a lui-même ré-écrit ces passages dans les deux langues ! Un sacré bonhomme.

Les nouveaux pouvoirs

Alvin Toffler est l’une des rares personnes à avoir compris et anticipé les énormes changements de société induits par l’accès à l’information, dés les années 1970. « Le choc du futur » m’avait permis de d’admirer la faculté d’adaptation de ma grand-mère à un monde qui avait totalement changé depuis son enfance, « Les nouveaux pouvoirs » me permet d’espérer faire de même.

Comment construire une machine à explorer le temps

Ce livre étonnant est l’un de ceux que j’apprécie pour le vertige qu’il provoque en ouvrant à la science des horizons (potentiels) que l’on croit du domaine de la science-fiction. La machine esquissée par Paul Davies n’existera probablement jamais, du moins pas avant quelques millénaires, mais ce livre est un must pour ceux que le temps intéresse.

Les Robots

Les merveilleuses nouvelles d'Isaac Asimov consacrées aux robots m’ont enchanté, et ses trois lois de la robotique m’ont profondément marqué : comment la combinaison de si peu de règles aussi simples peuvent-elles aboutir à autant de paradoxes et d’instabilités ?  « Les Robots » ont certainement influencé mon orientation professionnelle en me montrant que la recherche de l’équilibre entre des forces diverses est un art difficile, donc intéressant.

La guerre éternelle

Une BD relativiste, fantastique transposition de la guerre du Vietnam vécue par les auteurs dans le monde de la S.-F. Aucun rapport apparent, mais Marvano et Haldeman traduisent magnifiquement le mal-être des « héros » de retour d’un combat oublié dans une société qui ne les comprend plus, et vice-versa. Magnifique.

Toutes les références:

  1. Gabriel Garcia Marquez "Cent Ans De Solitude" () Editions du Seuil ISBN:9782020238113 WorldCat Goodreads Google Books  
  2. Georges Perec "La Disparition" (1994) Gallimard ISBN:ISBN:9782070715237 WorldCat Goodreads Google Books  
  3. Hubert Reeves "Patience dans l'azur: l'évolution cosmique" (1981) Seuil ISBN:ISBN:9782020059244 WorldCat Goodreads Google Books  
  4. P. Morrisson "Les puissances de dix: les ordres de grandeur dans l'univers" (1998) Pour la Science ISBN:9782842450045 WorldCat Goodreads Google Books  
  5. Camille Flammarion "Astronomie populaire" (2002) Flammarion ISBN:9782080110411 WorldCat Goodreads Google Books  
  6. Douglas R. Hofstadter "Gödel, Escher, Bach. Les Brins d'une Guirlande Eternelle" (2000) Dunod ISBN:9782100054350 WorldCat Goodreads Google Books  
  7. Alvin Toffler "Les nouveaux pouvoirs" (1991) Fayard ISBN:9782213026763 WorldCat Goodreads Google Books  
  8. Paul Davies "Comment construire une machine à explorer le temps ?" (2007) EDP Sciences ISBN: WorldCat Goodreads Google Books  
  9. Isaac Asimov "Les Robots" (1999) Editions 84 ISBN:9782290004531 WorldCat Goodreads Google Books  
  10. Joe Haldeman, Marvano "La Guerre éternelle, suivi de Libre à jamais: Intégrale complète" (2009) Dargaud ISBN:9782505007425 WorldCat Google Books  
  • Je ne réalise que maintenant l’ampleur et l’objectif de cette chaîne initiée par Martin Grandjean . Voyez les résultats sous http://www.martingrandjean.ch/mytoptenbooks-reseau-litteraire/ . Alors pour répondre à une question interne au C@fé des sciences, les livres étaient censés être plutôt littéraires que scientifiques, mais bon …

    • Mllefunambuline

      La chaîne n’a pas été initiée par Martin Grandjean mais par la charmante libraire de la Librairie du Midi à Oron, sur sa page facebook. Puis reprise sur twitter avec le tag consacré. Martin Grandjean, Yannick Rochat et moi n’avons fait que reporter et analyser le phénomène.

      Plus de détails ici : http://funambuline.blogspot.ch/2014/04/mytoptenbooks.html 🙂

      • Aïe, ouille, désolé pour la confusion, merci pour la correction et bravo à la Librairie du Midi !

  • Urbinou

    Anecdotique ? Pas d’accord, le trait de Marvano et la colorisation parfaite ajoutent une dimension non négligeable au récit tout en y restant fidèle, c’est du moins mon humble avis. J’ai d’abord lu les BD avant le roman, et je n’ai pu m’empêcher d’être un peu déçu par cette lecture, comme quoi… !

  • Si la bd est anecdotique par rapport au roman, alors je vais lire le roman, c’est sur !

  • AlexMoatti

    « L’Astronomie populaire » est en effet remarquable. Notamment l’anecdote sur le mascaret, que j’ai reprise dans un ouvrage.

    • Celle là ? : « Un jour, après avoir assisté, à Caudebec à ce spectacle toujours curieux de la barre de la Seine. je remontais à pied, à travers un bois charmant, la route qui mène à Yvetot, lorsque je fus rejoint par un paysan. avec lequel je ne tardais pas à entrer en conversation. Comme je lui demandais ce qu’il pensait. et ce qu’on pensait dans sa vieille famille, d’un phénomène qu’ils observaient depuis tant d’années : « je ne sais pas, me répondit-il, comment les savants l’expliquent, mais, pour nous, il nous semble qu’il n’y a la rien autre chose que l’antipathie bien connue de l’eau salée contre l’eau douce. Elles n’ont pas du tout le même caractère, voyez-vous. et il y a là-dessous une prédisposition naturelle que nous ignorons. Mais, ce qu’il y a de certain, c’est que l’eau douce, en descendant dans la mer, taquine l’eau salée avec laquelle elle ne parvient que difficilement à se mélanger. La différence de couleur est facile à suivre jusqu’à Trouville. Et bien! l’eau salée finit par se fâcher. Elle accumule sa colère, et tous les soirs. surtout aux équinoxes. où elle est déjà naturellement furieuse, elle se décide à chasser l’eau douce et à la renvoyer chez elle, avec une belle vitesse. Je vous assure, monsieur, que cette raison est beaucoup plus simple que l’attraction de la Lune. » (merci Google Books et http://www.free-ocr.com/ )

      Marrante, en effet 🙂 Intéressant, cette idée qu’une l’anthropomorphisation fournit des raisons « beaucoup plus simples » que celles de la physique…