Jeux math’


(cliquer pour le sommaire)

le Dossier Pour la Science « Jeux math' » de ce mois regorge d’articles passionnants, dont plusieurs sur des sujets abordés précédemment sur Dr. Goulu.

Alexandre Dewdney réédite un ancien article qui présente des « calculateurs analogiques » théoriquement capables de surclasser les plus puissants ordinateurs sur des problèmes spécifiques. Par exemple, les meilleurs algorithmes sont capables de trier N données en un temps proportionnel à N.log(N), log(N) étant le logarithme base 2 de N. Ainsi, pour trier 1000 nombres, il faut faire environ 10’000 comparaisons, alors qu’en utilisant 1000 spaghettis comme indiqué ici sous « quand les spaghettis frapperont » 2×1000+1 opérations suffisent, soit un temps proportionnel à N.

L’article présente d’autres « machines » toutes simples permettant de résoudre simplement des problèmes connus pour être difficiles à résoudre par informatique, comme trouver le chemin le plus court entre deux noeuds d’un graphe avec des ficelles, ou utiliser des films de savon pour déterminer le réseau de routes le plus court reliant N points.

Dans un autre article, Michel Criton parle des problèmes de pesées et ça m’a fait très plaisir d’apprendre que mon idée d’utiliser la base 3 pour résoudre ce type de casse-têtes est la bonne, même si elle n’est pas vraiment nouvelle.

Il y a encore d’autres articles sur des sujets comme la cryptographie, les carrés magiques, les nombres taxicabs (1729 est mon nombre préféré), la stratégie dans les jeux, les labyrinthes, la découpe de formes, l’origami et une douzaines d’autres choses dont je vous parlerai ici dès que j’ai le temps.

Mais vous pouvez aussi acheter le journal, c’est du tout bon.

  • A la réflexion, je me demande si on ne devrait pas voir l’informatique quantique comme une évolution des ordinateurs analogiques plutôt qu’à partir du point de vue numérique

  • Coïncidence: Alain Brochier et François Rechenmann viennent de publier « les calculateurs analogiques » sur interstices, article consacré à des circuits électroniques analogiques capables de résoudre des équations différentielles plus vite que les processeurs numériques. Il y a 20 ans, j’ai encore vu une machine basée sur ces circuits utilisée pour un projet de simulation militaire à l’EPFL, et d’après l’article il se pourrait que l’on voie prochainement des circuits hybrides remettre cette technologie au gout du jour.