Les inégalités s’accroissent. Vraiment ? 8


L’opinion générale relayée par les media nous le répète : les inégalités dans le monde s’accroissent, et c’est la faute de la libéralisation et de la mondialisation. Il faut avouer que c’est facile à croire, lorsque l’on observe la misère dans les villes et les campagnes du monde comparée à l’affolante fortune de certains.

Mais s’il y a des inégalités entre revenus facilement mesurables, existe-t-il une mesure de l’inégalité au niveau des pays ou du monde, que l’on puisse comparer année après année pour vérifier que les inégalités se creusent ?

Cette mesure existe, c’est le coefficient (ou indice) de Gini dont la définition est rigoureuse mais un peu mathématique (voir ici si ça vous intéresse). En bref, c’est une valeur qui vaut entre 0 et 1 (parfois noté en %)

  • 0 dans une société “parfaitement égalitaire” où tout le monde aurait le même revenu
  • 100% si une seule personne encaisse le revenu total de la société, et les autres rien du tout.

Sur l’excellent site NationMaster (en anglais), on trouve les indices de Gini de tous les pays ici. En particulier:

  • les pays du nord de l’Europe (Danemark, Suède, Norvège, Finlande) et quelques autres pays européens (Hongrie, Slovaquie, …) sont les pays les plus égalitaires, avec un Gini = 25 environ
  • l’Allemagne suit à 28
  • la France, l’Espagne et l’inde sont ex-aeco à 31, juste devant la Suisse et le Canada à 33.
  • les USA sont entre l’Uruguay et la Côte d’Ivoire à 45, juste moins égalitaires que la Chine, 44 et nettement moins que la Russie, 40.
  • les revenus les plus inégaux se trouvent en Amérique du Sud (Brésil, Bolivie et Chili autour de 60) et en Afrique : Sierra Leone, Botswana et Lesotho ferment la marche à 63, devant la dramatique Namibie, 70

Reste à savoir comment les indices de Gini évoluent au cours du temps. Ces infos ne sont pas facile à trouver, mais j’ai quand même mis la main sur quelques résultats :

  • Pour les Etats-Unis, cet article fournit le graphique ci-contre, basé sur les données du “Census Bureau” américain. Il montre clairement que l’inégalité a effectivement fortement et régulièrement augmenté depuis 1970, alors qu’elle avait diminué presque jusqu’aux niveaux “européens” depuis la fin de la 2ème Guerre Mondiale.
    Ceci conforte donc l’idée d’inégalités croissantes, même s’il manque malheureusement les données les plus récentes.
  • Pour la Suisse, je n’ai pas retrouvé de chiffres sur l’évolution du coefficient de Gini, mais dans le chapitre du cours d’Economie nationale
    “Distribution et redistribution des revenus en Suisse”
    du Professeur  Jean-Christian Lambelet, à l’Université de Lausanne on lit :

    “au cours des années 90 en Suisse, les 20% des actifs les plus riches ont vu leur part au revenu global légèrement diminuer alors que les 20% les plus pauvres ont vu cette part au revenu augmenter très modestement. Les chiffres sont encore plus frappants si l’on considère les ménages helvétiques durant la dernière décennie: la part des 20% les plus aisés au revenu total des actifs a diminué de 3,6%, alors que celle des 20% les plus mal lotis a progressé de 2,2%.”

    Donc en Suisse, les inégalités se sont REDUITES dans les dernières années.

  • Au niveau mondial, le rapport de l’INRI “Comment évoluent les inégalités et la pauvreté dans le monde” est très complet et clair. Il indique que le coeffcient de Gini mondial est passé entre 1965 et 1997 de 0.59 à 0.51 environ, donc que les inégalités se sont REDUITES au niveau mondial ! Voici quelques extraits de la conclusion :
    • “Les différents travaux disponibles indiquent que la pauvreté absolue recule à l’échelle mondiale et que les inégalités évoluent différemment selon les pays.”
    • “la relation entre l’intégration accrue aux échanges dans le contexte de la mondialisation et l’évolution des inégalités – entre les pays ou au sein des pays – semble faible.”
    • “Les études portant sur le long terme (…) indiquent soit une réduction, soit une stabilisation des inégalités internationales à partir de la fin des années 1960.”
    • “Les inégalités internes ont en revanche augmenté dans certains pays au cours des années 1980, puis au sein d’autres pays dans les années 1990.”

Il est probable que l’amélioration des moyens de communication nous permette de mieux prendre conscience de la pauvreté et des inégalités que par le passé, ce qui nous fait croire que la situation empire, alors qu’elle s’améliore (sauf aux USA…)

  • vpo

    Il y a quelques années, je suis tombé sur un “Dessous des cartes” (émission d’Arte, je ne sais pas si cette chaîne est facilement disponible en Suisse) dont le thème était consacré aux inégalités entre pays et entre ressortissants d’un même pays. Cela date de 2007.

    Le tire de l’émission : Le Dessous des Cartes – Une géographie des inégalités
    Un lien vers le résumé de l’émission : http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/le-dessous-des-cartes/392,CmC=1593752,view=conclusion.html

    Il est possible de retrouver l’émission en VOD payante avec le déroulé de l’émission :
    http://www.imineo.com/documentaires/le-dessous-des-cartes/dessous-cartes-geographie-inegalites-video-6588.htm

    Je n’enfreindrai pas la législation française sur la propriété intellectuelle en m’abstenant de citer les liens directs vers la vidéo sans passer à la caisse ;-).

    Le PIB était utilisé pour la mesure de la richesse et l’IDH (PIB + Espérance de vie + alphabétisation adultes & scolarisation enfants) pour le niveau de développement et l’indice de Gini pour les inégalités.

    Ce reportage de 2007 utilisait des données sur 1995/2004, période de forte expansion économique dans le monde. Il expliquait les choses suivantes.

    – PIB le plus élevé ne correspond pas forcément à IDH le plus élevé. Cela rejoint les propos de Hans Rosling dans sa conférence au TED (et cité sur votre blog https://drgoulu.com/2007/08/21/les-mythes-sur-le-tiers-monde/). Heureusement, il est possible d’éduquer sa population et de fournir des services de santé, d’hygiène et d’éducation de qualité à sa population sans être le pays le plus riche du monde !

    – La pauvreté a globalement régressé du fait de l’augmentation de richesse dans des pays très peuplés comme la Chine même si certains pays sont tombés dans les abîmes, par la faute de guerres ou d’épidémies de SIDA par exemple. A ce propos, il y a aussi un “dessous des carte” sur le SIDA à ce sujet.

    – Mais cette augmentation de richesse s’est faite au dépend d’une augmentation des inégalités entre états et entre citoyens d’un état. Entre 1995 et 2004, les données couvrent 80% de la population mondiale. L’indice de Gini a globalement augmenté. Et il a baissé pour seulement 4 % de la population. Moyenne mondial de l’indice : 0.40.

    – La Chine est un cas à part du fait de son poids démographique et économique dans le Monde. Avant les réformes de Deng Xiaoping, l’indice de Gini était de 0.16 seulement mais avec un PIB moyen 4 fois plus faible (par habitant je suppose sinon, cela n’a aucun sens. Source Wikipedia) que de nos jours. A voir ce que cela donne hors inflation pour ceux qui sont restés sur le bord de la route.

    Entre 1995 / 2004 et la décennie 2000 – 2010 les choses sont peut être différentes crises d’après 2001 plus celle de 2008 oblige avec moins de croissance comparé à 1997-2000 (mais bon 1995-97 en France ce n’était pas la joie non plus).

    Enfin, en dehors de savoir si les inégalités ont augmenté ou non, ce que j’aimerais comprendre c’est si les conditions de vie des plus pauvres se sont améliorés ou non. Je préfère être pauvre dans une société fortement inégalitaire mais où l’on peut arriver à se nourrir, se loger, se vêtir et se soigner plutôt que dans un pays à faible inégalité où l’on meurt de faim et de maladie. On peut aussi cumuler en étant malade et affamé dans un pays fortement inégalitaire, c’est aussi vrai…

    • Merci pour ce commentaire très complet, et pour le lien vers “Le dessous des cartes” que je vais essayer de “trouver”…

      Vous trouverez un début de réponse à votre dernière interrogation dans le “GapCast” de Rosling intégré à cet article : http://goulu.net/2009/03/21/combien-dinegalite/ . En gros, la pauvreté se réduit nettement. Mais il est vrai que cela peut se payer par des inégalités qui s’accroissent localement.

      Pour le visualiser, imaginez que la moitié des Chinois misérables deviennent progressivement plus aisés, et que l’autre moitié restent misérable. L’inégalité en Chine va augmenter, mais l’inégalité mondiale va se réduire, et la misère globale aussi. C’est à peu près ce qui se produit ces temps.

      Pour autant que j’aie pu le voir en faisant les recherches nécessaires aux différents articles sur Gini, les données disponibles sont fortement “bruitées” et il faut effectivement faire assez attention lorsqu’on dit que le Gini augmente ou diminue sur de petits intervalles de temps. La décennie semble un intervalle minimum.

  • @circular. Merci pour la référence, très intéressante en effet. L’indice de Gini “rouge” dans l’article n’est pas un indice de Gini. Ca n’a pas de sens de calculer cet indice avec des pays sans tenir compte de leur population.

    L’indice en jaune, s’il est bien calculé sur l’évolution des revenus de tous les êtres humains (la source exacte n’est pas indiquée) est un vrai indice de Gini et montre une réduction des inégalités au niveau mondial. Le fait que ceci ne soit du qu’à la Chine ne me trouble pas : qui regrette que 20% (ou 10%) de la population mondiale soit en train de s’enrichir ?

    Il peut sembler paradoxal que le Gini interne de la Chine montre un fort accroissement des inégalités internes à ce pays. Mais il est clair que le développement de ce pays est inégal : le niveau de vie des citadins s’améliore, mais pas celui des campagnes. Reste à espérer que ceci ne soit que transitoire, ce qui devrait être le cas puisque la Chine est dirigée par un parti communiste, n’est ce pas …

    Encore une fois, je ne prétends pas que les inégalités diminuent partout et que tout va bien madame la marquise. Je relève simplement que plusieurs mesures indiquent une amélioration globale, et d’autres indiquent des améliorations locales.

    Je recommande aussi très vivement de suivre tous les “gapcasts” qui montrent des statistiques mondiales sous une forme spectaculaire et géniale (mais en anglais):

    https://drgoulu.com/2008/03/07/les-gapcasts-geniales-videos-sur-les-statistiques-mondiales/

  • Voilà un article qui explique toutes ces courbes, pourquoi l’indice de Gini entre les pays est biaisé (moyenne du PIB) et l’intérêt de l’indice de Thiel.
    http://www.inegalites.fr/spip.php?article665&id_mot=15
    Comme je l’ai compris dans ce texte, les inégalités augmentent. Je rajouterai que la Chine qui est censé se développer à son indice de Gini qui est passé de 0,26 en 1983 à 0,45 en 2005.
    Cordialement.

  • Je crois que vous avez mal lu le document dont vous donnez le lien (http://www.ifri.org/files/eco_02-05-03b.pdf). Dans ce document, la courbe de l’indice de Thiel (page 3) indique clairement que les inégalités mondiales n’ont fait qu’augmenter depuis 1820, à part une stabilisation entre 1900 et 1960.

    • @circular : L’indice de Theil mesure les inégalités de fortune, et le graphique que vous citez montre effectivement un fort accroissement des inégalités internationales. Mais le même graphique montre une forte diminution des inégalités “internes” à chaque pays ou région analysée entre 1900 et 1960. C’est cette diminution qui a causé le plateau que vous mentionnez.

      Intuitivement, il me semble que cette augmentation des inégalités de la fortune entre pays peut être liée au développement du secteur tertiaire qui “crée de la valeur” sans support matériel. Si votre fortune était dans une pile d’action de Lehman Brothers il y a quelques mois, vous vous retrouvez aujourd’hui à égalité avec ceux qui n’en avaient pas …

      Mon article concerne les inégalités dans les revenus, mesurées par le coefficient de Gini, et la suite du document (que j’ai lu très attentivement) vous montrera qu’il n’est pas facile du tout de tirer une conclusion générale à ce sujet.

      Reste une question effectivement très intéressante : comment expliquer que les inégalités de fortune ne varient pas en même temps que inégalités de revenu ? la crise financière actuelle permettra peut-être d’éclaircir ce point …

  • Posté cet article sur AgoraVox, ce qui a déclenché beaucoup de commentaires

  • Pingback: Inégalités et Croissance « Dr. Goulu()