Idées radicales sur les crèches


texte soumis au courrier des lecteurs de la Tribune de Genève

En réponse à la lettre de Mme Dupuis du 2 juin, je me permets de lui signaler que le programme de son parti est disponible à la page http://www.radical.ch/pages/programme.htm . Les référendaires contre le CREDIT de la crèche de Satigny se posent des questions directement tirés de ce texte::

  1. Qu'a-t-il été fait pour "Favoriser, dans les communes rurales, les structures intercommunales de la petite enfance." ?
  2. Comment la commune de Satigny a-t-elle "soutenu les entreprises qui créent des crèches pour leurs employés.", sachant par exemple que Firmenich ouvre une crèche de 50 places ces jours-ci à Meyrin ?

D'autres se demandent simplement comment justifier la transformation en crèche d'un bâtiement en parfait état, d'ailleurs déjà occupé par la garderie, pour un montant supérieur à la construction d'une crèche NEUVE ? D'autant que tous les frais liés au déménagement des locaux utilisés de ce bâtiment ne sont PAS inclus dans le crédit voté … Si vous ignorez le prix d'une telle construction, une petite recherche sur internet vous renseignera rapidement: sur http://www.unspecial.org/UNS643/t35.html vous verrez que l'ONU prévoit la construction d'une crèche de 50 places pour 2.25 Mio de francs.

C'est l'ignorance de tous ces faits qui démontre que ce projet a soit été mal étudié et bouclé à la va-vite, soit que la Mairie a très mal informé la population sur les alternatives et collaborations qui ont été envisagées. Signez le référendum, ça donnera à la Commune l'occasion de clarifier ceci publiquement.

D'un point de vue plus fondamental, il y a une "pensée unique de la crèche" : les crèches sont à la mode, il faut rester dans la tendance, sinon on est un vieux ringard. Mais où est l'analyse en profondeur ?

Par exemple, on cite souvent les pauvres "familles monoparentales". Si personne ne conteste qu'elles aient besoin d'une aide, peu savent que "seuls" 18% des enfants placés en crèche sont dans cette situation. Encore moins savent que le barème des crèches genevoises (http://www.cagi.ch/fr/Creches_Garderies_Mamans_jour_Geneve.htm) prévoit que "A partir d'un revenu annuel NET de CHF 150.000.-, le tarif est plafonné à CHF 2.045.-/mois)", ce qui ne couvre même pas les coûts de la place, évalués à Frs 2500.-/mois !

Pourquoi les impôts des familles qui renoncent à une part de leur revenu pour élever leurs enfants devraient-ils financer la garde d'enfants de couples gagnant 2x plus ? D'accord pour des crèches "sociales". Mais que ceux qui ne sont pas dans le besoin et font des enfants les assument, au moins financièrement. Dire qu'il est même envisagé de pouvoir déduire fiscalement les frais de garde…

Si j'avais su j'aurais engagé ma femme comme éducatrice au lieu de l'épouser!