Les requins sont-ils attirés par le sang ?

Dans le quiz sur les poissons (d'avril ou pas), une majorité des participants a répondu "vrai" à la question 6: "Les requins sont attirés par une goutte de sang humain à des kilomètres". Or la réponse, ou plutôt ma réponse puisque c'est moi qui ai proposé cette question, était "Poisson d’Avril : les requins détectent bien le sang de poisson, mais très mal le sang humain. Voici une video extraite de l’émission des MythBusters qui le prouve."

Certains ne sont pas satisfaits par cette réponse, et trouvent à raison que la démonstration des MythBusters n'est pas suffisamment scientifique. Alors j'ai un peu approfondi les références plus scientifiques que j'avais trouvé pour étayer la réponse, et voici l'état des connaissances sur ce sujet.

Selon certaines études, le sens de l'odorat des requins semble effectivement très développé [1] :

La sensibilité olfactive des requins en général est presque légendaire, favorisé par d'innombrables histoires stupéfiantes de ces prédateurs suivant une traînée de sang de 400 mètres ou plus à sa source. Les tests en laboratoire de l'acuité olfactive des requins ont révélé que ces anecdotes font pâle figure en comparaison de la réalité soigneusement mesurée. Des expériences sur des lamelles olfactives isolées de certaines raies ( famille Rajidae) ont montré des seuils de réaction étonnamment faibles à des stimuli chimiques: elles répondent à des concentrations aussi faibles que 10-14 moles par litre d'eau pour des acides aminés comme la sérine, soit environ 1 molécule de sérine pour 1015 molécules d'eau. En termes de volume relatif, c'est comparable à la détection d'une balle de golf dans le Loch Ness .

Ceci correspond approximativement à l'histoire populaire de la goutte de sang dans une piscine olympique, qui date probablement des premières études anatomiques sur les "nares" des requins dans les années 1910 [2], époque où on bouchait les nares des requins pour mesurer leur capacité à retrouver une proie [3].

Des mesures effectuées récemment par electro-olfactogramme sur des animaux vivants [4] ont montré que les requins ne réagissent en réalité qu'à des concentrations beaucoup plus élevées d'acides aminés, de l'ordre de 10-9 à 10-7 moles par litre, ce qui correspond environ à leur présence normale dans l'eau de mer.  Les mêmes chercheurs ont montré que d'autres poissons comme les thons ont une sensibilité de l'odorat tout aussi élevée [4].  Ils relèvent en outre que l'odorat ne sert pas uniquement à détecter des proies, mais aussi pour trouver des partenaires sexuels et aide probablement à se localiser dans l'océan grâce aux odeurs transportées par les courants.

On en arrive à un point important : les odeurs sont principalement transportées par les courants. La diffusion dans l'eau est trop lente et il faudrait des quantités de sang trop importantes pour créer un gradient de concentration suffisant sur des centaines de mètres pour qu'un requin puisse remonter à la source. Il faut qu'un courant transporte le sang de la source aux "nares" du requin assez vite pour que le sang ne se dilue pas trop. Au pif, je dirais que si vous saignez assez dans un courant de 4 km/h pour qu'un requin vous sente à 1km (donc 15 minutes plus tard), vous allez probablement mourir d'hémorragie avant d'être croqué...

Jusqu'ici aucune expérience scientifique n'a vérifié ceci en pleine mer, mais j'ai trouvé un témoignage plein de bon sens sur le blog d'une entreprise sud-africaine qui propose de voir des grands requins blancs de près [5]:

Est il vrai que les Grands Blancs peuvent sentir une goutte de sang humain à 100 km?
En tant qu'opérateurs de plongées en cages, nous aimerions que ce soit vrai! Si c'était le cas nous pourrions économiser beaucoup d'argent en n'achetant plus d'appâts ("chum"?) mais ce n'est simplement pas vrai. Nous appâtons les requins blancs avec de l'huile de poisson très concentrée. Même avec cette puissante mixture, si la tache d'huile ne va pas dans la bonne direction, celle où les requins se regroupent, vous ne verrez aucun requin.

L'équipe de la Réserve de Dyer Island a suivi des requins blancs dans ces zones et a découvert que si les requins ne sont pas proches de la tache d'huile, ils n'approchent pas du bateau. Ils ont aussi trouvé des requins qui n'ont pas réagi du tout en traversant la tache d'huile. Donc même dans une baie pleine de requins, si le courant ne va pas dans la bonne direction, vous attendrez longtemps avant d'en voir un!

A ce propos je me rappelle avoir vu un reportage expliquant que la frénésie alimentaire que l'on constate parfois lors de plongées organisées ne correspond pas à un comportement naturel. En conditions normales, il n'y a jamais de poisson hâché menu et saignant abondamment, ou alors il est déjà à moitié dans la gueule d'un prédateur. En innondant l'eau d'appâts dégoulinants de jus, les requins ont probablement l'odorat complètement saturé et se sentent aussi à l'aise que vous dans une manif gazée aux lacrymogènes...

Donc je maintiens : la réponse à "Les requins sont attirés par une goutte de sang humain à des kilomètres" est "poisson d'avril", ou plutôt "mythe hollywoodien à oublier" [6].

Références

  1. "Biology of Sharks and Rays - Smell & Taste" sur ReefQuest Centre for Shark Research
  2. Sheldon, R. E. , "The reactions of the dogfish to chemical stimuli", 1909 J. Comp. Neurol. Psychol. 19, 273-311
  3. Parker, G. H. "The directive influence of the sense of smell in the dogfish", 1913, In Bulletin of the United States Bureau of Fisheries, Vol. 33 (ed.Smith, H. M., Commissioner), pp. 63-68.  [pdf]
  4. Tricia L. Meredith and S. M. Kajiura, "Olfactory morphology and physiology of elasmobranchs" J. Exp. Biol., vol. 213, no. Pt 20, pp. 3449–56, Oct. 2010. [fullpdf]
  5. "Can white sharks smell a drop of blood?", 2012, SharkWatch SA Blog
  6. Devin Powell, "Shark Smell Myth Found Fishy", 2010 sur Inside Science
Comment | , , | 3 commentaires

Il y a N années sur ce blog :

les articles publiés les années précédentes, pour mesurer le progrès...

Comment tomber plus vite que la gravité

Après une petite pause due en partie au déménagement de ce blog suite à des problèmes d’hébergement, je vous propose une traduction de l’article « Falling faster than gravity » de Sedeer sur Inspiring Science. Pour la petite histoire, ça me rappelle … Lire la suite

Comment | | 16 commentaires

Comment trouver des nombres premiers

Les nombres premiers ont beau être étudiés depuis au moins 2300 ans, ils n’ont jamais été aussi mystérieux ni utiles qu’aujourd’hui. Mystérieux, car la démonstration de l’hypothèse de Riemann, qui permettrait de définir la répartition des nombres premiers, attend toujours son  futur millionnaire. Utiles, … Lire la suite

Comment | , , , | 17 commentaires

Le fossé de Sloane

Les chemins de la science sont souvent inattendus et tortueux, comme le montre de plus en plus une jolie histoire dans laquelle je suis impliqué. Rappel des épisodes précédents. Pour Zinzin, mon prof de maths un peu fou, 1548 était … Lire la suite

Pourquoi | , , , | 3 commentaires

Filles, maths et notes

Entendu à Impatience une interview de Kathryn Hess Bellwald, prof de maths à l’EPFL (disponible en mp3 ici). Elle y raconte son enfance d’enfant à très haut potentiel aux USA, qui l’a poussée à créer le cours Euler pour les … Lire la suite

Pourquoi | , | 17 commentaires

Combien coûte la santé

A l’occasion de la réouverture du débat sur le financement de l’assurance maladie en Suisse, épeluchons quelques chiffres avant d’esquisser quelques idées. Combien ça coûte chez les autres Selon les données extraites du rapport « Eco-Santé OCDE 2008″ [1] et de … Lire la suite

Combien | , , , | Laisser un commentaire