Placebo et nocebo 26


les placebos colorés et chers ont plus deffet que du sucre blanc

les placebos colorés et chers ont plus d’effet que du sucre blanc

15 à 25% des personnes qui prennent un placebo déclarent ressentir des effets bénéfiques: c’est “l'effet placebo” bien connu. L’importance  de cet effet dépend entre autres de la précision du diagnostic du médecin : plus le médecin explique au patient de quoi il souffre avec force détails, plus le patient sera satisfait du médicament qu’il prescrira, même si c’est un placebo.

Pourquoi l’homéopathie marche

Ce qui précède au une conséquences importantes de nos jours :

  • D’une part, l’homéopathie et les autres médecines “douces” reposent sur une implication forte du médecin ou du guérisseur pendant la consultation, sur sa capacité d’empathie et de persuasion qui renforce l’effet placebo du traitement qu’il prescrit. Plusieurs études ont démontré depuis la fin du XIXème siècle que les traitements homéopathiques agissent  autant que des placebo, mais pas mieux. [1][2]
  • D’autre part, l’efficacité des médicaments conventionnels se mesure de nos jours par des tests menés en double aveugle, dans des conditions relativement défavorables à l’effet placebo.

Ainsi, un médicament inefficace est moins efficace qu’un médicament homéopathique, ce qui peut peut-être expliquer l’engouement pour cette théorie médicale fumeuse à une période où beaucoup de “médicaments” étaient peu ou pas efficaces. Mais désormais seuls sont commercialisés les médicaments qui démontrent une efficacité nettement supérieure au placebo prescrit dans les mêmes conditions expérimentales.

Comme je l’ai entendu dire par un médecin dans un interview, si les traitements homéopathiques (et des autres médecines alternatives) étaient plus efficaces que des placebo, ces médecines ne seraient plus alternatives, mais intégrées à la médecine conventionnelle!

Comment fonctionne l’effet placebo?

L’effet placebo est donc bien réel, accepté et intégré par la science médicale moderne. (Vous avez remarqué comme les jeunes médecins sont plus sympas et causants que la génération précédente ?)

On ne sait pas encore très bien comment un placebo “soigne”. Pendant longtemps, des mécanismes purement psychologiques ont été invoqués : le fait de croire à l’effet du traitement  aurait un effet de réduction du stress, et donc de la sensibilité à la douleur.

Depuis quelques années, une autre interprétation, neurophysiologique se développe. Predrag Petrovic a découvert en 2002 que l’injection d’un placebo à une personne à laquelle on promettait un analgésique entraînait une libération de dopamine  et d’endorphines endogènes, des substances de la même famille que la morphine, qui réduisent réellement la douleur [5]. Comme l’ont confirmé d’autres travaux, un placebo stimule aussi la production de dopamine, qui intervient dans les mécanismes de récompense du cerveau humain, générant le soulagement promis par l’intervention thérapeutique proposée au malade.

Et l’effet nocebo ?

Si “placebo” signifie “je plairai” en latin, “nocebo” signifie “je nuirai”. C’est le négatif du placebo : un sujet ressent souvent des effets secondaires désagréables qu’on lui a décrit en lui prescrivant une substance inactive !

L'effet nocebo décrit par extension des troubles induits par une conviction, même en l’absence de toute substance. En 2006, une étude [7] a montré qu’en chirurgie cardiaque, les patients qui étaient informés que leurs proches priaient pour eux développaient plus (oui plusss, + quoi …) de complications.

Je termine cet article en remerciant Benjamin de m’avoir fait découvrir l’effet par son article qui raconte l’histoire merveilleuse de riverains d’antennes de téléphonie mobile qui se sont plaints de maux de tête et autres désagréments provoqués par ces antennes… avant qu’elles ne soient branchées!

Références:

  1. Shang A, Huwiler K. Nartey L, Jüni P, Dörig S, Stern J, Pewsner D, Egger M. “Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homoeopathy and allopathy”. The Lancet 2005; 366:726-732 (lisible sur ResearchGate)
  2. Chamayou G, “L’essai ‘contre placebo’ et le charlatanisme“, Les génies de la science, février-avril 2009, p14-17
  3. Dr. Patrick Lemoine “Pharmacologie du placebo
  4. Placebo” sur le dictionnaire des sceptiques du Québec
  5. Predrag Petrovic et al. “Placebo and Opioid Analgesia – Imaging a Shared Neuronal Network“,Science 1 March 2002, Vol. 295. no. 5560, pp. 1737 – 1740
  6. liste de liens sur l’effet placebo, CHU de Rouen
  7. Herbert Benson et al., “Study of the Therapeutic Effects of Intercessory Prayer (STEP) in cardiac bypass patients: A multicenter randomized trial of uncertainty and certainty of receiving intercessory prayer”, American Heart Journal, Volume 151, No 4, 934-42 (2006)
  • Article très complet sur l’effet placebo http://curiologie.fr/2016/02/effet-placebo/ , trouvé via https://sciencepop.fr/2017/09/19/effet-placebo/

  • Le Pharmachien décrit superbement bien le principe de fonctionnement de l”accupuncture ici http://lepharmachien.com/acupuncture/

  • Dans “Le Temps” d’hier, Jacques Neirynck (un ancien de mes profs à l’EPFL) publie “Eloge de l’effet placebo” (aussi disponible sur le site du PDC dont il est député).

    Ce texte très bien construit reprend en bonne partie les idées développées ci-dessus, avec plusieurs références intéressantes sur l’approche neurophysiologique de l’effet placebo.

    Comme souvent avec Neirynck, je partage son analyse mais pas ses conclusions : si l’assurance maladie rembourse les placebo, il n’y a aucune justification à limiter la couverture à quelques médecines alternatives. Il faut toutes les rembourser, y compris la Tahitithérapie ! et l’eau minérale en bouteille, dont je suis personnellement convaincu qu’elle a de meilleures vertus curatives que celle qui purge mes WC…

  • Suite à cet article sur la mort d’un enfant “soigné” par homéopathie, trouvé quelques autres liens pour le moins sceptiques sur l’homéopathie:

    David W. Ramey et al. “HOMEOPATHY AND SCIENCE: A CLOSER LOOK“, Technology Journal of the Franklin Institute
    Steven Novella “Homeopathy“, The Connecticut Skeptic (Vol. 1 Issue 3/ Summer ’96)
    Homeopathy: The Test“, 2002, BBC “Horizon” (Test de Randi)
    What’s the harm (site listant les morts dues aux “pensées non critiques”)

  • Je pense m’être mal expliquée (au pire, avoir été mal comprise) : je ne dis pas que l’effet placebo n’existe pas, j’en suis même parfaitement consciente puisque j’ai moi même fait des “tests” en ne sachant pas si j’avalais un médicament (allopathique) ou un placebo…

    Je suis simplement surprise, qu’en 2009, on puisse décréter que l’homéopathie n’est QUE placebo.
    Pour faire le parallèle avec la psychologie : on suppose l’existence de processus mentaux sans toutefois pouvoir les observer directement. Ce n’est pas pour ça qu’on décrète qu’ils n’existent pas. Heureusement pour le progrés non ?

    Juste pour compléter tout ce que je raconte, expliquez moi pourquoi, alors que je tatonne parfois sur le bon remède, il s’avère qu’au bout de 3 ou 4, je trouve soudain le bon…
    L’homéopathie c’est comme une clef, il faut trouver la bonne.

  • Héhé … pardon, mais tu étais parti dans des cas extrêmes je craignais un moment d’égarement ! 🙂
    D’ailleurs, sache le, je ne renie pas l’allopathie. Je trouve dommage qu’on puisse écrire qu’il n’y a que ça qui est efficace.

    Au delà du fait qu’il y a plus de 10 000 médecins qui prescrivent de l’homéopathie (et ne me dis pas qu’ils pensent tous que c’est un placébo !),

    il n’y a pas que les douleurs qui peuvent être soignées.

    Je vais juste te donner une idée de ce que JE connais en terme de soin, en dehors des anti douleurs, bien sûr :
    les rhumes, l’acné, les verrues, l’aérophagie, les piqûres d’insectes, la nervosité, toutes sortes d’angoisses, les gengivites, les impatiences, la décalcification …

    Par contre, permets moi une remarque : tu parles de cancer et de sida. Quel remède allopathique prends tu toi ? hé !

    • des anticancéreux et des antiviraux, par exemple? ce n’est pas parfait, mais ça fonctionne dans une certaine mesure.

      Pour ce qui est de l’effet placebo, on peut facilement y inclure tout ce qui guérit spontanément (rhume, piqûres…) et tout ce qui relève des angoisses. Pour le reste, il ne faut pas le sous-estimer :

      Les verrues, ça a déjà été testé : en double aveugle, on donne a des enfants portant des verrues sur les mains
      -soit un traitement homéopathique
      -soit un “vrai” placebo
      Dans le deux groupes, respectivement 9 et 7 enfants sur 30 ont répondu au traitement, ce qui n’est pas statistiquement significatif. Mais l’effet placebo existe!
      http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2514435

      Pareil pour l’acné : dans cette étude (http://tinyurl.com/n94385), plus de 30% des patientes ayant reçu un placebo ont vu leurs lésions diminuer, contre 50% environ pour celles ayant reçu un traitement hormonal.

      L’effet placebo marche aussi pour divers problèmes au niveau des dents (http://tinyurl.com/nh2bt2), la dyspepsie (http://171.66.124.147/cgi/content/full/323/7324/1294), j’ai du mal à croire qu’il n’en va pas de même pour l’aérophagie…

      c’est un peu long, je m’arrête là. J’espère que ma contribution a été utile pour rendre à l’effet placebo ce qui lui revient ^^

  • Dr Goulu !! je suis surprise que tu ne saches pas que l’homéopathie ne prétend pas guérir les maladies que tu cites !

    • Emma !! je suis surpris que tu ne distingues pas un léger sarcasme dans mon texte 😉

      Bon alors dis-moi : qu’est-ce qui distingue les maladies que l’homéopathie prétend soigner de celles qu’elle ne prétend pas guérir ? Ne serait-ce pas que les anti-douleurs sécrétés par l’effet placebo permettent de supporter les symptômes des premières pendant que le système immunitaire s’occupe de la cause, alors que pour les autres il ne s’en sort pas tout seul ?

  • tao

    Moi je voudrais jsute pourquoi le fait de se sentir mieux par un effet placebo est moins bien que de prendre des médicaments (qui ont souvent des effets indésirables…). Moi je préfère prendre des petites boules en sucre pour tout les petits maux quotidiens et me réserver les médicaments pour les gros coups durs! Ca revient moins cher a tout le monde en plus! (peut etre que ca fait cher le sucre mais bon!)
    Et sur un bébé de qq mois, ca s’explique comment l’effet placebo???????

    • Personne ne dit que c’est moins bien. Si vous n’avez plus mal, et que vous êtes contents, pourquoi pas… Cela dit, on n’a pas encore parlé ici des maladies et blessures graves voire mortelles. Quelles granules prenez-vous pour un cancer, le sida, un problème cardiaque ou une bronco-pneumonie ? (petit rappel : avant les antibiotiques, si on ne mourrait pas de la première bronco, on mourrait de la deuxième…) Et quelles gélules pour dormir pendant qu’on nous opère ? Il y a donc un seuil au delà duquel on a plus le choix, et c’est celui ou l’effet placebo ne suffit plus. Et si nous avons doublé notre espérance de vie en un siècle, ce n’est pas par effet placebo.

      La remarque sur les bébés a été discutée plus haut. Mets tes gouttes homéopathiques sur des gélules de sel plutôt que de sucre, et fais les donner de force à ton bébé par un vieux moche et puant. Si ça marche aussi bien que les gélules sucrées données par la douce maman, ça peut faire un article dans Lancet, et après je commencerai à y croire aussi.

  • Je pense avoir bien compris l’article … ne noyons point le poisson !
    En parlant de bestioles … justement, je n’ai toujours pas l’explication sur l’efficacité de l’homéo sur les animaux ! 😉 (à part une notion de câlin… )

    Mais franchement, ça ne te pose pas question de savoir qu’il y a donc des gens qui peuvent être soignés uniquement par l’effet “placebo” ? Si tel était le cas, il y a bien longtemps que tous les labos auraient fait faillite !

    Et quant à se battre pour cette histoire de concurrence déloyale, vu le prix d’un tube de granules, partiellement remboursé, il n’y a pas trop d’inquiétudes à avoir…

    En tout état de cause, si c’est juste l’effet placebo qui me soigne, encore une fois, ça me convient parfaitement.
    Et je suis encore plus ravie de savoir le “pouvoir” rassurant que j’ai sur mon petit. Alors qu’il hurle de douleur parce qu’il a une otite, 3 granules le soulagent juste parce que JE lui ai administré ! La vie est belle ! 😛
    Et vu le peu qu’on utilise dans un tube de ces granules, je ne ruinerai pas les caisses de la Sécurité Sociale !

    Ayant une formation de base scientifique, je conçois qu’on ait besoin de “preuves” pour faire confiance. En revanche, dès lors que l’expérience sur des années, en dehors de toute allopathie, m’a prouvé que ça fonctionne, nul besoin de démonstration. Elle va de soi.
    J’ai changé d’avis parce que j’ai essayé, non parce que j’ai eu des résultats de tests statistiques sous les yeux.

    Concernant la contre publicité, je parle en général…

  • 🙂 ça m’amuse cet échange. L’un tente de convaincre l’autre qui reste sur ses positions.
    En fait, pour être honnête, je ne tente pas de convaincre qui que ce soit. Chacun est libre d’avaler des granules (même si c’est un placebo) non “nocives” ou des médicaments avec les effets indésirables connus.

    Je voudrais quand même préciser que c’est l’usage – sur des années – qui m’a prouvé l’efficacité et ce, même sur des chats ! le reste importe peu. Non ?

    Ce qui me semble extraordinaire c’est que, si vraiment, c’était un placebo (donc une vaste fumisterie), à la place des laboratoires pharmaceutiques en allopathie, je ne dépenserais plus un sou en recherches mais beaucoup en sucre !
    Le placebo est magique, il guérit un tas de personnes autour de moi. 😉

    Je me demande finalement, à qui profite cette contre publicité pour l’homéopathie …

    • moi aussi ça m’amuse 🙂 Mais je me demande si tu as bien lu mon article. Car je ne dis justement pas que le placebo est une vaste fumisterie, mais je vais bien dans ton sens : l’homéopathie marche. On sait même pourquoi : grâce à l’effet placebo (magique si tu veux*), qui l’explique beaucoup mieux que ce que j’appelle la “théorie médicale fumeuse” qui consiste à diluer énormément une molécule apparentée au mal que l’on veut soigne.

      La médecine dite “allopathique” ne se satisfait pas de ceci et produit des traitements dont l’effet doit obligatoirement être statistiquement meilleur qu’un placebo administré en double aveugle (ce qui n’est jamais le cas en homéo, qui refuse le principe du double aveugle pour les raisons expliquées dans l’article).

      Donc je ne vois pas où tu vois de la “contre publicité pour l’homéopathie” dans mon article. Simplement d’un point de vue scientifique (= expérience reproductible avec effets mesurables) l’efficacité de l’homéopathie est due à l’effet placebo. Point. Mais je comprend très bien que ni un homéopathe, ni une patiente convaincue ne puissent l’admettre.

      Reste que les labos de pharma ont certainement de la peine à accepter sans réagir que d’autres vendent du sucre au prix de médicaments, sucre qu’ils peuvent vendre sans avoir aucun test clinique à faire, et que de plus ces traitements sont remboursés. C’est à la limite de la concurrence déloyale, il faut bien le reconnaitre.

      Note* : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”, Arthur C. Clarke

  • Même si je suis convaincue qu’un nourrisson comprend au moins l’intention de ce qu’on lui dit, les mots lui échappent encore dans leur signification. Et pourtant, moi, j’ai connu un nourrisson (vide de toutes croyances) qui n’a jamais pris autre chose que des granules pour le soigner. Il a aujourd’hui 7 ans et je le soigne toujours ainsi.
    Les animaux non plus ne comprennent pas. Pourtant, ça les guérit aussi.

    Je ne voulais en aucun cas être figée sur mes idées il y a plusieurs années. J’ai au moins évité à mes enfants d’être gavés d’antibiotiques au moindre prétexte.
    Plutôt que de défendre une position, j’ai essayé.

    Et je puis vous dire que le simple fait de soigner une rage de dent (rarement psychologique comme douleur) avec quelques granules vous fait tomber toutes vos convictions.

    • Plein de choses très intéressantes dans ton commentaire :
      – “un nourrisson vide de toutes croyances”… mais plein d’une absolue et totale confiance en toi! L’idéal pour l’effet placebo (ou l’homéopathie, c’est kif-kif)
      – “JE le soigne”. C’est exactement ça.
      – la douleur psychologique, je ne sais pas ce que c’est. L’effet placebo soulage de réelles douleurs avec de la dopamine réelle et de réelles endorphines endogènes, des anti-douleur extrêmement efficaces.

      Je ne vais surtout pas essayer de te convaincre de faire tes granules toi-même avec du sucre pur pour vérifier que tu utilises en réalité l’effet placebo, car tu ne serais certainement pas capable de le donner à ton enfant avec la même persuasion. Je suggérerais plutôt à ton mari/compagnon d’échanger les granules à ton insu. Ca ça ferait un “test en double aveugle” crédible

  • D’un point vue “utilisateur”, le terme “fonctionne” me semble plus parlant. Pardon d’employer des termes simples.
    Ceci dit je ne fonctionne pas avec des “on dit”. Mais par mes propres expériences avec l’hométopathie.

    J’en déduis donc, à vous lire que le câlin magique qui soigne un bébé/chien/cheval … , n’est pas celui qu’on lui a fait AVANT de voir le docteur, mais celui juste APRES lui avoir administré les granules ? Intéressant…

    Je sais ce qu’est l’effet placebo. Je sais aussi les débats sans fin qui existent sur l’homéopathie.

    • je n’avais pas vraiment réfléchi à “l’avant” et “après” granules mais il me semble qu’effectivement, les deux peuvent contribuer à l’effet placebo. D’une part il y a le “tu verras ça va te soulager”, promesse d’autant plus efficace que le lien affectif est fort, puis le “ça marche, hein? tu te sens déjà mieux n’est-ce pas ?” difficile à nier une fois le lien établi.

      Les débats avec l’homéopathie sont sans fin car

      – les homéopathes n’acceptent pas que leurs médicaments soient testés en double aveugle comme des médicaments traditionnels. Car les résultats de ces tests montrent que ce sont des placebo, et l’admettre ruinerait la croyance qui est à la base de l’efficacité de l’homéopathie.

      – la médecine traditionnelle accepte très difficilement d’inclure l’effet placebo dans l’efficacité d’un traitement, alors qu’il y contribue objectivement. Je pense que de jeunes médecins s’aperçoivent qu’en additionnant l’efficacité des molécules et la psychologie de l’effet placebo, ils arrivent à de meilleurs résultats que leurs concurrents homéopathes ou vieux profs bornés.

  • deandreis

    15 a 25% de réussite avec l’effet placebo, cela fait quand même 85 a 75% d’echec.Pour une demonstration qui se veut scientifique c’est un peu court.

    • je ne suis pas sur d’avoir compris le sens de votre remarque.

      Voulez-vous dire qu’il faudrait selon vous que plus de 50% des sujets ressentent l’effet placebo pour que sa réalité soit démontrée ?

  • Comment expliquer que l’homéopathie fonctionne sur 1/ les animaux 2/ les bébés ?
    Je doute que l’effet placebo soit responsable.

    • D’un point de vue scientifique, la phrase “l’homéopathie fonctionne sur 1/ les animaux 2/ les bébés” est imprécise : voulez-vous dire qu’elle serait plus efficace qu’un placebo administré dans les mêmes conditions ? Avez-vous des chiffres, des références d’études, bref plus que les “on dit” habituels ?

      Cela dit,, je n’ai aucune peine à imaginer que “mon pauvre bébé/minou/chienchien, comme tu souffres (caresse, bisou) tiens je vais te donner une petite pastille magique au goût bien sucré qui va te soigner en un clin d’oeil promis juré (recaresse et rebisou)” marche au moins aussi bien que “là j’en ai ras le bol alors hop, un suppositoire et après je te pose à la crèche parce que j’ai pas que ça à faire”.

      L’effet placebo, ce n’est rien d’autre que ça.

  • Un petit commentaire sur les récentes votations fédérales ?

  • y a pas de quoi ^^