Politique à 2 dimensions 3


De plus en plus de tests en ligne permettent de se situer sur l’ « échiquier politique », voire de trouver les candidats à une élection dont les idées sont les plus proches des siennes, comme smartvote.ch pour les prochaines élections fédérales Suisses.

Le mot important pour « penser différemment » c’est « échiquier » : ces outils représentent dorénavant la position des forces politiques sur un plan avec 2 axes X et Y, et plus vraiment dans la représentation traditionnelle linéaire droite/gauche.

  • Le test politique d’ okcupid dont j’avais déjà parlé ici distingue :
    • X : la permissivité sociale
    • Y : la permissivité économique

    la vision américaine de ce plan est représentée ci-contre : grosso-modo la gauche traditionnelle est en bas à droite et la droite est en haut à gauche …

  • sur politicalcompass.org,
    • l’axe gauche/droite est conservé en X
    • l’axe Y va de « libertaire » en bas à « autoritaire » en haut
  • Sur smartvote.chles 2 axes sont:
    • X : gauche / droite
    • Y : conservateur en bas, libéral en haut

    Voici le positionnement des candidats aux élections fédérales de cet automne à Genève selon smartvote :

smartvote.png

* PRD * PSS * PDC * UDC * Les Verts * PLS * PEV * JSG MOI

Quelques remarques:

  1. l’UDC se positionne sur la droite, mais surtout sur le bas, peu disputé…
  2. les libéraux sont plus de droite que libéraux, alors que certains radicaux genevois débordent le PDC à gauche…
  3. les verts+roses forment un groupe bien compact à gauche, mais d’une surface limitée et avec une superposition quasi totale …

Ce qui me parait le plus intéressant, c’est la méthode permettant de trouver les candidats les plus proches de nos propres opinions. Smartvote offre deux approches distinctes :

  1. lister les candidats ayant le plus de réponses identiques aux siennes (miennes, votres),
  2. indiquer les candidats dont la position est la plus proche sur la carte.

Le problème remarqué intuitivement par Bretzelman est que les 2 méthodes ne correspondent pas forcément : on peut être proche sur l’échiquier de quelqu’un dont les réponses le placent là alors qu’il a répondu très différemment aux questions ! Dans mon cas par exemple :

  • les candidats ayant le plus de réponses communes avec les miennes sont les Verts, mais aucun socialiste ne m’a été « recommandé » alors que Verts et PS se superposent sur la carte 2D
  • sur la carte, je suis pourtant beaucoup plus proche des partis « du centre » (PRD+PDC) que des Verts, mais tiens, je serais plus conservateur, ce qui me place proche des « PEV ». Je ne sais même pas qui c’est… Je cherche… c’est le Parti Evangélique! Je les respecte beaucoup, mais je pense avoir très peu de réponses communes avec eux.

Comme j’ai tenté de le décrire dans un commentaire ici, la politique doit effectivement s’adapter à l’ère du zapping

  • http://www.nack.ch Bretzelman

    Très intéressant la répartition des positions des candidats genevois. Elle en tout cas totalement discutable pour l’axe conservateur / libéral (pour moi, créer des taxes, créer des interdictions, réglementer, créer de l’état et de la bureaucratie, c’est tout sauf libéral au sens « créateur de libertés »), et donc certainement aussi très discutable concernant la distribution « gauche »-« droite », mais elle confirme mes craintes: une gauche unie, « cohérente », contre une « droite » difffuse qui va plus de la gauche au centre que du centre à la droite.

  • Dr. Goulu

    En politique comme en marketing, l’essentiel est de couvrir le marché. l’UDC couvre une zone très claire, le PS+Verts aussi, mais plus restreinte en terme de surface. Le tout est de savoir combien de clients/votants sont sur les surfaces correspondantes…

    L’avantage du centre, c’est qu’il ratisse dans une large zone circulaire, alors qu’en se confinant dans un bord, voire le coin haut/droit (correspondant à l’anarchie, je le rappelle…) leur électorat serait forcément limité.

    C’est d’ailleurs àmha l’erreur des Verts+PS : ils sont trop à gauche. En se tirant de 25% vers la droite, ils raviraient beaucoup de voix qui vont actuellement au PDC+PRD, et ce sans en perdre à gauche.

    Avais lu une fois une analyse de ce genre sur les présidentielles américaines : avec 2 candidats pour un poste, on en arrive souvent à deux candidats extrêmement proches. En effet, il n’y a pas besoin de convaincre ceux qui sont plus extrêmes que soi : le but est de ravir des voix à l’adversaire en se plaçant le plus près possible de lui.

    Avec beaucoup de partis et beaucoup de candidats, la stratégie s’apparente au problème des 8 dames : couvrir l’échiquier sans se bouffer ;-)

  • http://drgoulu.com Dr. Goulu

    Découvert dans un commentaire ici que l’échiquier politique utilisé par ok cupid s’appelle un diagramme de Nolan