On brûlera tout !

Article paru au courrier des lecteurs de la Tribune de Genève du mardi 29 juin 2004

La taxe C02, motivée par les meilleurs arguments du monde, ne changera rien au problème du climat car on brûlera tout le pétrole de toutes manières !

Le pétrole et le gaz sont extrêmement bon marché car ce sont des réservoirs d’énergie fossilisée dans lesquels il n’y a qu’à puiser. Comme je le disais à quelqu’un qui pestait à la pompe : “Poussez votre voiture sur 15km pour avoir une idée de l’énergie contenue dans un litre d’essence !”. Toutes les ressources dites renouvelables consistent en fait à capter l’énergie que nous recevons du Soleil soit directement, soit indirectement par les phénomènes météorologiques (précipitations collectées dans les barrages, vent, pompes à chaleur etc.).

Petit calcul approximatif : une voiture moyenne a une puissance de 60Kilowatts et roule 60 km en une heure en moyenne, ça fait 1KWh par kilomètre soir grosso-modo 20 centimes d’électricité. Fois 15 km pour retrouver notre litre d’essence : 3 Frs. Il faudrait que le prix de l’essence (taxée) double, voire triple pour qu’une voiture électrique non taxée devienne compétitive…

Maintenant supposons que notre conscience écologique s’améliore quand même. A ce propos, une lettre de lectrice du samedi 26 juin, prétend que le Suisse est le 4ème pollueur de la planète. Je ne sais d’où sort ce chiffre : sur NationMaster.com je lis qu’avec 5.7 tonnes de C02 par habitant et par an, la Suisse est 49ème après (ou plutôt avant) tous les pays industrialisés, les USA étant 5èmes avec 19.84 tonnes (3x plus !) derrière 4 pays du Golfe.

Supposons donc que nous ne dégagions plus que la moitié du C02. Mieux encore, que tous les pays du monde en fassent autant, que se passerait-il ? Nous mettrions 2 fois plus longtemps à brûler tout le pétrole restant, disons un siècle au lieu de 50 ans. Idem pour le gaz et le charbon. Mais en définitive, tout le CO2 sera émis. Le réchauffement sera plus ou moins rapide, certes, mais le résultat final sera strictement le même, à plus forte raison pour la réduction de 10% seulement prévue par le protocole de Kyoto.

Pourtant je ne suis pas opposé à la taxe CO2 car elle aura un effet secondaire intéressant : celui de favoriser l’utilisation efficace de l’énergie, donc les activités privilégiant la valeur ajoutée. La Suisse est déjà en tête dans ce domaine : avec 1 kg de pétrole, nous produisons 7.5 $ de PIB [2], plus que la plupart des pays européens et nettement mieux que les USA qui, avec seulement 4.2 $ de PIB par kg de pétrole, démentent leur propre credo sur l’énergie facteur de richesse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “On brûlera tout !”